Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 juillet 2008

Garces Academy

Garces academy.jpgGarces Academy de Zoey Dean paru en 2007 chez Fleuve Noir.

Résumé de l’éditeur :

« Parmi les définitions suivantes, laquelle correspond le mieux au roman de Zoey Dean? Garces Academy, c'est : l'histoire désopilante de Megan Smith, jeune diplômée de Yale qui doit donner des cours particuliers à deux odieuses héritières analphabètes de Palm Beach, pour rembourser son prêt étudiant de 75 000 $. L'histoire tragique de Megan Smith qui devra devenir une vraie fashionista si elle veut réussir à capter l'attention de ses élèves capricieuses. L'histoire cruelle de deux pauvres petites filles (presque) riches qui, après avoir humilié leur nouvelle prof, se rendront compte (un peu tard) que de leur entrée à l'université dépend le versement de l'héritage qu'on leur a toujours promis. »

J’aime : l’histoire, certes assez bateau (la fille intelligente mais pas mode du tout, essayer d’inculquer deux-trois trucs dans le cerveau de deux clones de Paris Hilton qui, par effet de capillarité sûrement, se mettra à porter des fringues de créateurs). Malgré ce résumé un peu cul-cul, le roman met en évidence les préjugés que l’on peut avoir sur les gens : les héritières trouvent leur prof coincée et mal fagotée donc irregardable et la prof les trouve stupides et superficielles. C’est en travaillant avec ces filles qui ont pourtant tout pour être heureuse que Megan révèle leur mal être, leur grande solitude après la mort de leurs parents et découvre que ces jeunes filles sont moins idiotes qu’elles ne veulent le faire croire. Quant à Megan, si sûre d’elle, intellectuellement parlant (Yale c’est pas une université de seconde zone !) découvre qu’elle doit faire preuve de plus de compassion et qu’elle est finalement un peu prétentieuse.

J’aime pas : le titre pourri en français dont le traduction littérale aurait peut-être mieux convenu : « Comment enseigner à des filles bourrées de fric » ou, une variante : « Comment enseigner à d’odieuses filles riches ». Je n’apprécie pas du tout ce titre dérivé d’une émission de télé-réalité qui fait racoleur…

09:31 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, chick lit, zoey dean |

Les commentaires sont fermés.