Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 novembre 2008

Pratique de lecture chez les people -21

Cindy Crawford_23-11-2008.jpg
Cindy Crawford en vacances a, semble-t-il, les mêmes lectures que Katherine Heigl au boulot !

Rien de surprenant a cela, ce roman est la suite d'un bouquin très attendu par les fans, bestseller surprise de l'année 2006 aux Etats-unis, Love Walked In.

20:06 Publié dans Paillettes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : potins, people, cindy crawford, pratique de lecture |

16 novembre 2008

Comment éduquer son bébé

Voici une série de quatre petits albums qui profitera aux mamans qui veulent que leur nourrisson soit autre chose qu’un tube digestif, certes mignon, mais pas très utile !

Malheureusement, ces livres ne sont pas disponibles en français… Les mamans francophones devront se débrouiller toutes seules, sans ce support si pédagogique !

Je vous présente donc dans la collection « Baby Be of Use » (Bébé, soit utile) paru chez McSweeney's et illustrés par Lisa Brown :

Lisa Brown-Baby, Mix Me a Drink.jpg
Baby, mix me a drink (Bébé, prépare moi un cocktail).
Lisa Brown-Baby, Mix Me a Drink2.jpg
Traduction de la page : « Maman veut un martini »
Lisa Brown-Baby Make Me Breakfast .jpg
Baby, make me breakfast (Bébé, fait mon petit déjeuner).
Lisa Brown-Baby Make Me Breakfast-2 .jpg
Traduction de la page : « Je voudrais… une moitié de pamplemousse »
Lisa Brown-Baby Do My Banking .jpg
Baby do my banking (Bébé fait mes operations bancaires ou fait mes comptes, j’hésite sur la traduction).
Lisa Brown-Baby Do My Banking2 .jpg
Traduction de la page : « Bien, maintenant que nous sommes organisés, tu peux payer les factures »
Lisa Brown-Baby Fix My Car .jpg
Baby fix my car (Bébé répare ma voiture).
Lisa Brown-Baby Fix My Car3 .jpg
Traduction de la page : « Bien, maintenant que tu es tout graisseux, tu peux ainsi te laver »

18:25 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : littérature américaine, littérature jeunesse, album |

14 novembre 2008

La Princesse des glaces

La Princesse des glaces.jpgLa Princesse des glaces de Camilla Läckberg paru en 2008 chez Actes Sud « Actes Noirs ».

Le corps d’Alexandra Wijkner repose dans une baignoire d’eau gelée. Ses poignets sont tailladés, tout indique un suicide. Erica Falk fait cette macabre découverte qui la bouleverse d’autant plus qu’elle et Alexandra était amie d’enfance quand celle-ci habitait encore à Fjällbacka, petite ville côtière de l’ouest de la Suède, avant de déménager sans crier gare en plein milieu de l’année scolaire. Erica se met alors à enquêter sur le décès de son amie qu’elle n’avait pas revue en ville depuis de nombreuses années et qui ,rapidement, s’avère être un meurtre. Mais avant d’espérer découvrir le meurtrier, c’est les zones d’ombre du passé d’Alexandra qu’il va falloir dévoiler. Les parents d’Alexandra demande à Erica d’écrire sa nécrologie mais petit à petit, celle-ci va délaisser son travail en cours – une biographie sur Selma Lagerlöf – pour écrire un roman policier s’inspirant du meurtre de son amie et ainsi comprendre pourquoi Alexandra a fui la ville quand elles étaient enfants et qui l’a tué quand elle a décidé de revenir.

J’aime : la façon dont l’auteur fait évoluer ses personnages tout au long du roman et leur psychologie que j’ai trouvé très juste. J’ai également apprécié l’enchaînement des paragraphes, très fluides. Pour prendre juste cet exemple, on commence le récit avec un personnage et on le termine avec le même. Cela donne l’impression que chaque personne croisé dans le roman à son importance dans la suite du récit et garde ainsi le suspense intact jusqu’au 30 dernière pages.

J’aime pas : certaines répétitions, la pauvreté des images utilisées par l’auteur et il y a beaucoup trop de descriptions qui ralentissent la lecture. Ça donne un truc du genre :
« Elle se lèvre difficilement car le sommeil lui a fait défaut et se dirige alors vers la cuisine en trébuchant presque. Croisant son reflet dans un miroir, elle se rend compte qu’elle a la tête dans le cul et les yeux en trou de pine. « Un café me fera le plus grand bien », marmonne-t-elle. Le café de la veille stagne dans la cafetière qu’elle attrape et vide d’un geste vif dans l’évier. Elle se traîne vers le placard, sors les filtres à café n°2 et le café moulu colombien pur arabica commerce équitable… blablablabla ».
Je parodie bien sûr mais c’est l’impression que j’ai eu parfois en lisant ce roman.
 
Ayant lu un article, je ne sais plus où, sur ce roman où le traducteur et directeur de la collection « Actes Noirs » chez Actes Sud, Marc de Gouvenain, se montrait très enthousiaste le mettant presque au même niveau que la trilogie Millenium, j’en attendais beaucoup. Trop sûrement. Je suis assez déçue, c’est un roman policier honnête mais que je ne mettrais pas dans mes favoris.

21:51 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature suédoise, roman policier, camilla läckberg |

06 novembre 2008

Une (irrésistible) envie de sucré

Une irrésistible envie de sucré.jpgUne (irrésistible) envie de sucré de Meg Cabot paru en 2007 chez Albin Michel Jeunesse « Wiz ».

À 28 ans, Heather Wells travaille comme directrice adjointe d’un dortoir, pardon, d’une résidence universitaire à New York. C’est un boulot pris par défaut, assez peu gratifiant mais comme elle a arrêté le lycée assez tôt et qu’elle envisage malgré tout faire des études supérieures grâce à ce job, c’est mieux que rien. Il faut dire qu’Heather n’a jamais eu l’occasion d’aller à la fac ou même d’avoir une adolescence normale car c’est une ex-lolita de la pop dont la carrière s’est crashée en vol quand elle a voulu travailler sur ses propres compositions. Car Heather manque de bol ! On lui a fait chanter des chansons sans queue ni tête, calibrées pour les pré-ados, sa mère a filé à l’étranger avec son argent et son manager et elle a surpris une fille avec le pénis de son petit-ami dans la bouche alors qu’elle rentrait chez elle à l’improviste. En plus de toutes ces catastrophes, elle s’échine à faire comprendre à tous ceux qui la regardent de travers que non, porter une taille 46 ce n’est pas être gros ! Son boulot, si peu valorisant soit-il est donc de tout repos par rapport à sa vie d’avant. Pourtant, des morts suspectes surviennent. Deux jeunes femmes sont retrouvées décédées dans la cage d’ascenseur de la résidence à une semaine d’intervalle. Heather commence donc à enquêter. Pour l’aider dans sa tâche, elle réussi à convaincre son colocataire, Cooper, qui ça tombe bien est détective privé mais aussi outrageusement beau et, accessoirement, le frère de son ex.

J’aime : c’est rose, c’est girly, c’est de la chick lit’ policière qui n’est pas sans rappeler Janet Evanovich. C’est sympa, sans prétention et très drôle, notamment les apartés de l’héroïne qui a un sacré caractère et est très attachante.

J’aime pas : comme souvent dans le genre, les personnages masculins ont peu de nuances.

Ce roman a été acheté par la section Jeunesse (voir la critique sur le site de Ricochet) mais on se pose la question de savoir si c’est vraiment de la littérature jeunesse car le vocabulaire est plus recherché de ce que j’ai pu lire jusqu’ici dans ce domaine et l’héroïne est adulte et clairement mature sexuellement sans être crue pour autant. Dès les premières pages, elle évoque le moment où elle a découvert une fille en train de pratiquer une fellation sur son petit-ami avec lequel elle aura d’ailleurs un rapport sexuel vite fait sur le tapis de l’entrée de son appartement ! Les références culturelles sont pourtant clairement à destination des ados (Jessica Simpson, Christina Aguilera, Avril Lavigne, Britney Spears…). Moi, ça m’a bien plu et j’ai bien envie de lire la suite mais je ne sais toujours pas dans quelle section on va le mettre ce roman !