Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 février 2009

La Madone des enterrements

La Madone des enterrements.jpgLa Madone des enterrements de Madeleine Wickham alias Sophie Kinsella paru en 2008 chez Belfond « Mille Comédies ».

Fleur Daxeny est une arnaqueuse, une belle arnaqueuse de 40 ans. Comme tous les escrocs dans son genre, elle a une spécialité : les notices nécrologiques du Times car c’est dans les enterrements qu’elles dénichent ses futures proies, de riches veufs dont la toute fraîche solitude les rend particulièrement sensible à son charme fantasque. Le but de Fleur ? Se faire offrir une Gold Card dont elle crèvera le plafond avant de disparaître subitement. C’est ainsi qu’elle apparaît dans la vie de Richard Favour, un homme que tout le monde juge réservé et distant. Cette réserve qui ne lui est pas naturelle est le fruit de son mariage avec une femme secrète qui s’avère être détestable sous son vernis de bourgeoise bien comme il faut. L’arrivée de Fleur, puis de sa fille de 13 ans, Zara, va bouleverser la vie de Richard et de sa famille et faire émerger les personnalités que leur femme, mère ou sœur – la défunte Emily – avait annihilé par sa présence. Mais Fleur ne perd pas de vue son objectif : elle a un pigeon à plumer !

J’aime : cette histoire d’une famille repliée sur elle-même qui a très – trop – longtemps vécue sous la domination d’une femme et dont les membres qui ont été constamment rabaissés reprennent peu à peu possession d’eux-mêmes grâce à l’influence positive de l’arnaqueuse.

J’aime pas : le livre est amusant mais un peu trop superficiel. Sur la même trame, j’aurais aimé qu’elle soit plus virulente dans sa description des mœurs de la bourgeoisie anglaise. Mais bon, tout le monde n’a pas le talent de Tom Sharpe !

Une lecture agréable notamment grâce à la personnalité de l’héroïne qui m’a un peu fait penser à ce film avec Sigourney Weaver, Beautés empoisonnées, certes, mineur dans la carrière de l’actrice mais tout aussi amusant. Malgré tout, ce roman est bien meilleur que son premier traduit sous le pseudonyme de Madeleine Wickham, Un week-end entre amis qui s’est avéré être très décevant.

18:44 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature britannique, chick lit, sophie kinsella |

Les commentaires sont fermés.