Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 avril 2009

Sexe, diamants et plus si affinités…

Sexe, diamants et plus si affinités.jpgSexe, diamants et plus si affinités… de Lauren Weisberger paru en 2008 chez Fleuve Noir.

Trois femmes proches de la trentaine, Emmy, Leigh et Adriana, font un pacte pour changer ce qui ne va pas dans leur vie.

Emmy travaille dans le monde de la restauration, c’est une jeune femme timide et réservée avec les hommes dont le petit-ami, Duncan, après de multiples coucheries à droite et à gauche qu’elle a toujours pardonnées, finit par lui annoncer qu’il la quitte pour sa prof de gym de 22 ans.

Leigh est hypocondriaque, un peu agoraphobe, bourrée de petites manies à la limite du TOC mais pour ses amis et sa famille, c’est une grande veinarde. Elle a un super job (elle est éditrice alors qu’elle aurait voulu être romancière), elle sort avec un homme très beau, attentionné (qu’elle trouve collant, étouffant) et elle vit dans un super appart' dans Manhattan (mais sa voisine est une adepte des chaussures orthopédiques à semelle de bois mais pas des tapis sur le parquet !).

Adriana est Brésilienne, elle vit dans un penthouse qui appartient à ses parents. D’ailleurs, tout ce qu’elle possède, appartient à ses parents comme sa mère ne manque pas de lui rappeler fréquemment. Mme de Souza est une ancienne mannequin qui a décroché la timbale en épousant un homme riche et elle espère bien que sa fille fera de même, sinon, à quoi bon la laisser vivre dans le luxe et l’oisiveté, à fréquenter les coins huppés s’il elle n’y ferre pas un gros poisson ! Mme de Souza attend un retour sur investissement, que diable ! Car il faut dire qu’Adriana est particulièrement belle. Aucun homme ne peut l’ignorer quand elle est dans les parages (ce qu’elle prend très mal les rares fois où ça se produit…).

Ces trois-là prennent donc des résolutions. Emmy va tenter d’abandonner la monogamie et profiter de son nouveau job où elle visite les plus beaux hôtels et les restaurants à la mode pour se taper des mecs sans se mettre à penser dès le lendemain à : réservation de la salle pour la cérémonie, couleurs des fleurs à l’église, menu du buffet ou style de la robe de mariée. Adriana, de son côté, décide d’arrêter de papillonner et tout faire pour obtenir une bague de fiançailles avant la fin de l’année. Pour ses amies, Leigh n’a pas besoin de prendre de résolution, sa vie est déjà parfaite ! Lors de cette année de changements radicaux, les jeunes femmes n’atteindront pas forcément le but fixé au départ mais se révéleront à elles-mêmes.

Si Le Diable s’habille en Prada était drôle et enlevé, si on retrouve (un peu) de cet humour dans People or not people, ce n’est plus du tout le cas ici. Lauren Weisberger semble s’être lancée, depuis son premier best-seller, tout schuss vers le bas de la piste bleue de la chick lit’ pour arriver dans la station de La Lecture Chiantissime.

Comme le premier s’inspirait de son expérience passée chez Vogue, il avait une certaine vérité dans le ton et dans les situations. Ici les personnages sont peu subtils, les situations clichés et ennuyeuses, ce qui pourra être (presque) excusable s’il y avait une dose d’humour. Mais ce n’est pas le cas.

Une chick lit’ sans intérêt qui ne vaux pas un 1/10ème du battage médiatique qui en a accompagné la sortie et qui regroupe les pires défauts du genre tel qu’il est produit aux États-unis.

Petit détail : pour le personnage d’Adriana, dès les premières lignes où elle apparaît, j’avais en tête cette jeune femme brésilienne qui fait du relooking dans une émission de M6. Celle qui appelle tout le monde « Ma Chérrriiiiiie » avec une voix plus qu’horripilante. Je crois que ça a achevé de ruiner la lecture de ce roman…

08:24 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : littérature américaine, chick lit, lauren weisberger |

Commentaires

J'avais arrêté ma lecture à mi-chemin de Le diable s'habille en Prada. Il m'avait ennuyé. J'avais quand même noté celui-ci dans mon carnet à lire. Je vais peut-être y aller plus avec People or not people alors.

Écrit par : Maribel | 27 avril 2009

Si tu as l'occasion d'emprunter Sexe, diamants..., essaye de le lire quand même car, on sait jamais, tu pourrais le trouver bien. C'est un genre délicat à conseiller la chick lit', ce qui plaît à l'une ne plaît pas forcément à l'autre, ça dépend vraiment du passé et du présent de chacune. Par exemple, si Le Diable... m'avait tellement plus c'est parce que, plus jeune, j'étais (j'en ai gardé des traces) fan de mode et je lisais Vogue avec beaucoup d'assiduité. Je voulais même faire carrière dans ce milieu ! Mais j'ai vite retrouvé le sens commun car si j'avais un certain talent pour créer des habits pour mes Barbies, je n'ai conservé aucune créativité artistique une fois adulte !!! :o)

Écrit par : Callyrhoé | 27 avril 2009

Les commentaires sont fermés.