Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 janvier 2010

L’École emportée

L'école emportée.jpgL’École emportée de Kasuo Umezu paru en 2004 chez Glénat « Bunko » (6 volumes).

Shô est un petit garçon pénible, dissipé, turbulent, toujours prêt à faire une mauvaise blague et qui agace tellement sa mère qu’un matin, une violente dispute éclate entre eux. Très vite, Shô et sa mère, chacun de son côté, va regretter de s’être autant emportés. Shô n’a pas vraiment mauvais fond, il a économisé des mois pour acquérir le jouet de ses rêves et a finalement changé d’avis et acheté une montre pour sa mère (qu’il casse malheureusement en rentrant chez lui…). Avant cette dispute, sa mère avait prévu de lui offrir ce jouet qu’il convoitait tant.
L’École emportée-extrait-01.JPG
Cliquer sur l'image pour en découvrir un extrait (à lire dans le sens de lecture japonais).

Shô se rend donc en colère à l’école, il est en classe de CM2. Il se dépêche car il est en retard. Il est rattrapé par un camarade et tous deux se rendent compte qu’ils ont oublié de prendre l’argent pour la cantine. Shi’ichi fait alors demi-tour pour aller chercher la somme chez lui, Shô aurait bien voulu rentrer à la maison aussi mais à cause de la dispute avec sa mère, il y renonce. C’est en retournant vers l’école que Shi’ichi entend une déflagration. Tout autour de lui, les vitres explosent. Un peu plus loin, il trouve la plaque de l’école à terre et en arrivant sur place, il découvre un cratère à la place de l’école… Le bruit de l’explosion s’est propagé dans le quartier. Les parents se précipitent affolés vers l’école. Il ne reste rien, pas de corps, pas de débris hormis la plaque de l’école.
L’École emportée-extrait-03.JPG
Cliquer sur l'image pour en découvrir un extrait (à lire dans le sens de lecture japonais).

Dans l’école, les enfants sentent un tremblement de terre. Une fois la secousse passée, le cours reprend quand un cri retentit dans la cours. Les professeurs se ruent auprès d’un de leurs collègues. Celui-ci a vu quelque chose à l’extérieur. Shô décide d’aller voir par lui-même et découvre qu’en dehors de l’école, il ne reste rien, c’est le désert à perte de vue.
L’École emportée-extrait-05.JPG
Cliquer sur l'image pour en découvrir un extrait (à lire dans le sens de lecture japonais).

La panique commence à monter, les professeurs essayent de maintenir le calme mais ce sont eux, les adultes, qui vont succomber les premiers à la folie et vont s’entretuer ou se suicider car la situation leur fait perdre la raison. Les enfants sont alors livrés à eux-mêmes dans un monde inconnu et hostile, ils vont essayer de s’organiser pour survivre mais ne disposent que peu d’eau et de nourriture. Beaucoup vont mourir avant qu’ils ne comprennent enfin où ils sont ou plutôt à quelle époque ils sont…

Une histoire terrible, très angoissante et violente. Ces enfants abandonnés par les adultes font irrésistiblement penser au roman Sa Majesté des mouches de William Golding. Comme dans le roman, on découvre que les enfants font facilement preuve de cruauté et de brutalité. Pour espérer survivre dans ce monde inconnu, une seule solution s’impose : organiser ce chaos et voter pour élire un premier ministre qui conduira les autres élèves. La difficulté étant de trouver un leader qui ne soit pas tenté par l’autoritarisme ou la dictature.

Ce manga publié dans les années 70 développe des idées innovantes comme l’écologie qui nous paraissent évidentes seulement aujourd’hui même si l’auteur est un peu rétrograde et a des préjugés sur les qualités et les défauts des hommes et des femmes.
L’École emportée-extrait-07.JPG
Certaines créatures dessinées par Umezu nous sont familières car elles évoquent des films des années 80 et 90. Ce manga, malgré un dessin un peu désuet, a une intrigue puissante et très captivante. Même si la violence est largement montrée et que tant d’horreurs finissent pas peser sur le lecteur, il est difficile de refermer un volume sans entamer tout de suite le suivant.

12:29 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : manga |

Les commentaires sont fermés.