Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 juin 2010

Six pieds sous terre

Six pieds sous terre.jpgSix pieds sous terre de Ray French paru en 2009 chez 10/18.

C’est la crise et au Pays de Galles, dans la ville sinistrée économiquement de Crindau, la prochaine délocalisation de l’usine Sunny Jim Electronics dont le slogan est : Le soleil se lève – l’avenir est si éblouissant que vous devrez mettre des lunettes de soleil – est particulièrement mal vécu par les employés et la population de la région, d’autant plus que l’entreprise avait touché des millions de livres de subventions pour maintenir l’emploi sur place et que le PDG s’est vu octroyé une prime indécente pour avoir réussi cette restructuration alors qu’on ne propose que des clopinettes aux ouvriers.

Aidan, un homme apathique depuis le décès de son épouse, décide d’agir et s’oppose aux licenciements, il va s’enterrer vivant dans son jardin ! Avec le soutien de ses copains et collègues ainsi que de son fils, acteur au chômage, il va se lancer dans l’aménagement d’un cercueil « bio » (en carton car moins cher) malgré la désapprobation de sa psychanalyste de fille.

Une comédie en demi-teinte sur un homme qui décide d’agir pour le bien de tous et qui se rend compte qu’il apprécie beaucoup l’attention qu’on lui porte, lui qui enfant, avait toujours peur de devenir invisible au regard des autres. Cette aventure qui confinera à l’introspection pour Aida va lui permettre de renouer des liens avec ses enfants, liens qui ont été distendus à la mort de leur mère, et de découvrir toute l’amitié qui le lie à ses collègue. L’auteur insistant bien sur la complexité des relations entre membres d’une même famille et entre amis, des relations tricotées d’amitié, d’amour, d’estime mais aussi de jalousie, de déception et de rancœur.
red stain.jpg
red stain de Janrito Karamazov

11:44 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature britannique, ray french |

Les commentaires sont fermés.