Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 juin 2010

Obscura

Obscura.jpgObscura de Régis Descott paru en 2009 chez Lattès.

Il était une fois un tableau. Un tableau peint en 1862. Un grand tableau représentant deux femmes et deux hommes. Une des femmes se baigne en chemise dans le fond. Les deux hommes sont assis face à face derrière les reliefs d’un pique-nique. La deuxième femme est assise à côté d’eux, elle regarde le spectateur. Elle est nue. Ce tableau a fait scandale à son époque. Pourtant un nu féminin entouré d’hommes habillés dans un tableau, il y en a plein le Louvre. Mais là, ce qui choque, c’est que, contrairement aux tableaux anciens, le peintre n’embellie pas son modèle, elle n’a rien d’une Vénus, c’est une femme, une femme de son temps avec le physique des ses contemporaines, nue, au milieu d’hommes habillés comme des messieurs de l’époque. Le désordre autour d’eux laisse imaginer l’action qui a pu se passer avant…

Manet-Déjeuner sur l'herbe.jpg

Une peinture révolutionnaire, scandaleuse, qu’en cette année 1885, quelqu’un essaye d’égaler voire de surpasser. En effet, plusieurs meurtres et disparitions étranges laissent supposer qu’il y a dans Paris, un homme qui essaye de rivaliser avec Manet en tuant des femmes pour ensuite, placer leurs cadavres dans des compositions qui évoquent les plus célèbres tableaux de l’artiste.

Le Dr Corbel, généraliste et amateur de peinture, se retrouve bien malgré lui embarqué à la poursuite de ce meurtrier, d’abord poussé par la curiosité scientifique car la personnalité d’un tel tueur l’intrigue (nous sommes à une époque qui voit la naissance de la psychiatrie moderne) puis ensuite par intérêt personnel puisque sa compagne, qui ressemble énormément au modèle de Manet pour Le déjeuner sur l’herbe, a été enlevée.

Un roman policier avec en toile de fond le Paris du 19ème siècle où deux grands maux sévissent : la tuberculose et la syphilis. L’auteur décrit avec aisance, employant un style très pictural, cette époque.
Le Déjeuner sur l'herbe.jpg
Le Déjeuner sur l’Herbe ou le Triomphe de la vertu, caricature de l'époque : « La vertu de ces messieurs, disons-le entre nous, ne doit pas leur coûter beaucoup ; ils ont même l'air de dire comme l'Auvergnat : Nous chommes bien tranquilles là dedans ».

08:47 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature française, roman historique, roman policier, régis descott |

Les commentaires sont fermés.