Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 septembre 2010

Un été studieux (ou pas)

Voilà, les vacances sont terminées pour le blog et pour moi aussi ! À défaut de m’être plongée à pieds joints dans la lecture cette été (j’ai, de temps en temps et à mon grand regret, une grosse baisse de régime dans ce domaine) j’ai profité des congés pour commencer à tricoter une couverture pour mon tout nouveau neveu et comme je ne connais rien de mieux que de tricoter devant mes séries préférées, je m’en suis donnée à cœur joie. J’en ai donc profiter pour visionner quelques trucs sympas comme :

Beautiful People, une série britannique où l’on découvre les souvenirs d’adolescence de Simon dans la ville déprimante de Reading. À l’age de 13 ans, lui et son meilleur ami Kylie ne rêvent que d’une chose, découvrir le monde glamour de Londres où leurs talents pour la mode et la danse seront enfin reconnus. J’ai trouvé cette série sensible et qui aborde l’homosexualité de Simon avec finesse. La famille de Simon est plutôt disfonctionnelle, assez pauvre mais très aimante même si ils se chamaillent souvent. Petit plus : les parents de Simon devisent souvent de leurs enfants au lit en lisant chacun un livre, c’est assez rare dans les séries de voir des personnages lire…Petit moins : la deuxième saison est émaillée de morceaux chantés et dansés style comédie musical qui m’ont un peu soûlée.


Jeeves and Wooster, une autre série britannique avec l’impayable duo Stephen Fry et Hugh Laurie donc les rôles titres des personnages créés par P.G. Wodehouse. L’ambiance des années 20 est très bien rendue et la série a été tournée dans des lieux magnifiques. Petit moins : j’aurais aimé la voir avec des sous-titres en français car beaucoup de mots d’esprit m’ont échappé à cause de l’accent anglais un peu snob des personnages mais c’est une grande joie de voir Stephen Fry que j’adore comme acteur ou comme écrivain (un des ses romans est dans mes livres préférés, ) et c’est amusant de voir Hugh Laurie avant qu’il ne devienne le fameux Dr House.


The IT Crowd, encore une série britannique sur trois personnages du département de maintenance informatique d’une grande entreprise dont deux informaticiens et leur responsable qui n’y connaît rien du tout. Très drôle, très geek !


V, le remake de la série du même nom des années 80. Le remake est bien moins intéressant que l’original qui m’avait plu à l’époque car le parallèle avec la Seconde Guerre mondiale était évident et bien amené même si les effets spéciaux nous sembleraient grotesques aujourd’hui. La seconde version à certes des effets spéciaux à la pointe de la technologie mais je trouve l’histoire assez faible et qui se distingue peu de toutes les séries post-11/09 sur la lutte contre le terrorisme. De plus, je n’ai pas accroché au contenu religieux sous-jacent.


True Blood, moi et cette série, normalement, c’est plié, j’adore. La déception est grande pour cette 3ème saison : l’histoire s’éloigne franchement des romans ce qui ne serait pas trop grave si les personnages évoluaient un peu. Mais là, je n’ai pas l’impression que ce soit le cas. Dommage…


Nurse Jackie, série américaine qui m’a bien plu, j’ai bien accroché l’humour assez noir et les personnages plutôt complexes.


The Closer, série américaine que j’aime beaucoup surtout grâce à l’actrice principale, Kyra Sedgwick et les personnages secondaires de son équipe sont très sympathiques et l’ensemble est équilibré même si ce n’est pas très original. Petit plus : j’adore son accent du sud des États-unis !


Lie to Me, série américaine que je regarde essentiellement pour Tim Roth, j’aime beaucoup son accent anglais et sa façon de jouer ce personnage assez désagréable parfois.


Burn Notice, série américaine sur le monde de l’espionnage, pas très originale mais fichtrement divertissante.


Community, une série comique américaine qui se passe dans un community college, un établissement d’enseignement supérieur qui n’a pas une grande réputation car on considère que c’est un peu la fac de la dernière chance pour les étudiants médiocres, où l’on croise différents personnages de tous âges. C’est vraiment très drôle notamment grâce aux personnages d’Abed, l’étudiant fou de cinéma et Troy, une ex-star du football au lycée mais qui n’a pas obtenu de bourses pour une fac réputée. Petit plus : ces personnages passent un temps fou dans la bibliothèque de l’université qui semble être plus qu’un lieu de vie !


Modern Family, une série comique américaine filmé comme un documentaire où l’on suit une famille, famille dans son sens le plus large et le plus moderne, car il y a le père, remarié avec une Colombienne beaucoup plus jeune, maman d’un petit garçon qui se comporte parfois comme un adulte, ce père a deux enfants d’une premier mariage, adultes désormais. La fille est marié a un type un peu veule, ils ont trois enfants, l’aînée est une bimbo un peu bête, la cadette est plutôt intello et le benjamin est plutôt stupide. Le fils du père de famille vit en concubinage avec un homme est ils ont adopté une petite fille asiatique. Évidemment, cette famille recomposée est prétexte à beaucoup de gags. Petit moins : c’est filmé comme un documentaire jusque dans l’intimité et c’est là où c’est moins crédible contrairement à The Office ou Parks and Recreations.


Bored to Death, une série américaine douce-amère sur un écrivain trentenaire (l’excellent Jason Schwartzman) dépressif après que sa petite-amie l’ai quitté, souffrant du syndrome de la page blanche qui devient détective amateur après être tombé sur un roman de Chandler. C’est très littéraire, avec beaucoup de dialogue et peu d’action mais très amusant grâce aux acteurs qui mettent en valeur cette série. Petit plus : j’adore le générique !

17:26 Publié dans Moi je moi-même | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : série tv |

Les commentaires sont fermés.