Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 novembre 2011

Pratique de lecture chez les people -70

potins,people,Leighton Meester,lecture
Leighton Meester, Blair Waldorf dans Gossip Girl.

potins,people,Leighton Meester,lecture
George R.R. Martin, A Game of Thrones.

L’intégrale d’une saga de romans fantasy qui compte 7 tomes. Dans ces romans (adaptés cette année en série télé par HBO), on suit les aventures des divers protagonistes au Royaume des Sept Couronnes en lutte pour s’emparer du Trône de Fer, symbole du pouvoir.

Le premier tome de l’intégrale de ces romans est disponible en français.

18:08 Publié dans Paillettes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : potins, people, leighton meester, pratique de lecture, série tv |

29 novembre 2011

Love masala

littérature indienne,chick litLove masala de Advaita Kala paru en 2009 chez Marabout.

À presque 30 ans Aisha Bhatia est célibataire et travaille comme réceptionniste dans un palace. Elle aime bien sortir avec ses copines dans des bars, aller en discothèque, se retrouver entre amis. Elle aime la mode, en particulier les chaussures même si physiquement, elle se trouve trop enveloppée, ce qu’elle essaye de combattre à coup de régimes et de visites sporadiques à la gym espérant trouver le grand amour un jour.

Bref, elle vit la vie qu’une jeune fille moderne, urbaine. Sauf qu’elle vit en Inde, à New Dehli et être une jeune femme célibataire est quelque chose de nouveau dans ce pays où les traditions séculaires dirigent la vie des habitants et où le mariage est une affaire très sérieuse.

Une chick lit’ où l’on retrouve une héroïne à la Bridget Jones mais avec cette touche en plus qu’est l’Inde. On voit alors que ces jeunes filles urbaines se trouvent prises entre deux opposés, la vie à « l’occidentale » et le respect des usages coutumiers.

Difficile de concilier ce que l’on attend de vous et  qu'on espère trouver l’Amour quand on s’unit habituellement grâce à des marieurs professionnels, ces mariages arrangés étant considérés plus stables que ceux fondés uniquement sur l’inclinaison et tant pis si les époux ne se connaissent ni s’apprécient mutuellement, bref, un pays où le divorce est presque inexistant et où l’on considère que les jeunes femmes libérées ont forcément des mœurs dissipées.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature indienne,chick lit,advaita kala

11:58 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature indienne, chick lit, advaita kala |

27 novembre 2011

Terreur

littérature américaine,roman historique,roman fantastiqueTerreur de Dan Simmons paru en 2008 chez Robert Laffont (aussi disponible en poche).

1845, Sir John Irving part en expédition vers le cercle polaire arctique avec deux navires l’Erebus et le Terror avec à leur bord 134 hommes pour découvrir le passage du Nord-Ouest qui permet de relier l’Atlantique avec le Pacifique.

Partis tardivement d’Angleterre, arrivés dans le Grand Nord, les deux bateaux sont rapidement pris dans les glaces. L’hiver est long sous ces latitudes et l’été, si court, ne permet pas toujours à la banquise de se fragmenter suffisamment pour continuer la navigation.

C’est quand, en 1847, un mystérieux animal – qui a l’apparence d’un ours blanc mais est deux fois plus grand et deux fois plus lourd – commence à décimer les hommes que l’expédition tourne à la catastrophe.

Dan Simmons s’est inspiré pour ce roman d’une histoire vraie, celle de l’expédition Franklin qui n’a eu aucun survivant. Cette expédition n’a pas démarrée sous les meilleurs auspices… Dirigée par un homme âgé, buté, décidé à faire enfin ses preuves, il a pris de très mauvaises décisions, laissant les bateaux se faire bloquer par la banquise au large de toute île ou crique qui les auraient abrités de la pression phénoménale de la glace.

De plus, la Royal Navy ayant passé un appel d’offre pour l’approvisionnement de boîtes de conserve, afin de préserver les hommes d’équipage du scorbut et avoir de quoi manger durant cette très longue expédition menée par des gens incapables de survivre dans le Pôle Nord, a accepté l’offre la plus basse d’un homme n’ayant jamais travaillé avec la Navy mais capable de livrer la nourriture à la moitié du prix demandé par les fournisseurs habituels.

Résultat, comme rien ou presque ne change sous le soleil, les boîtes de conserve se sont avérées impropres à la consommation à cause de soudure au plomb qui a empoisonné la nourriture. Nourriture vraisemblablement de la pire qualité qui n’est pas assez cuite. Les boîtes n’étant pas toutes très bien scellées, le botulisme a probablement décimé une partie de ceux que  le saturnisme, le scorbut et le froid polaire avait épargné.

Car en plus de toutes ces mauvaises décisions humaines, l’expédition est partie au moment de ce que l’on a appelé le Petit Age Glaciaire où les hivers furent très rigoureux sur tout le globe ne permettant pas aux navires de continuer leur route comme prévu.

Bref, un roman historique captivant qui se double d’un roman fantastique assez prenant malgré des longueurs dues au plan de l’écrivain. En effet, chaque chapitre est consacré à un personnage en particulier et de l’un à l’autre, il y a souvent des redites.

Mais on en apprend beaucoup de choses sur ce type d’expéditions lancés dans un milieu hostile par des gens peu ou pas préparés mais aussi sur les Inuits qui sont eux, a contrario, complètement adapté à ce climat. Les mythes inuits utilisés par l’auteur sont fascinants et il décrit avec beaucoup de talent toute l’horreur et la folie qui imprègne peu à peu ses personnages quand ils comprennent qu’ils sont perdus.

Une lecture frissonnante et pas seulement parce que la température dans lieux de l’action approche souvent les -50° !

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,roman historique,roman fantastique,dan simmons

10:44 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, roman historique, roman fantastique, dan simmons |

25 novembre 2011

Pratique de lecture chez les people -69

potins,people,annalynne mccord,lecture

potins,people,annalynne mccord,lecture
Nicholas D. Kristof & Sheryl WuDunn, Half the Sky: Turning Oppression into Opportunity for Women Worldwide.

Kristof et WuDunn sont le premier couple à avoir gagné le prix Pulitzer, ces deux journalistes ont voyagé autour du monde dans les pays en voie de développement pour rendre compte de la situation critique des femmes et des filles. Les histoires de ce livre sont poignantes mais contiennent une lueur d’espoir.

Ce livre est disponible en français. 

00:33 Publié dans Paillettes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : potins, people, annalynne mccord, pratique de lecture, série tv |

22 novembre 2011

Les Mystères de Harper Connelly

littérature américaine, roman fantastiqueLes Mystères de Harper Connelly de Charlaine Harris paru en 2011 chez J’ai lu (4 tomes à ce jour).

À l’adolescence, Harper Connelly est frappée par la foudre. Elle en réchappe presque sans blessure grave hormis une cicatrice sur la hanche et une jambe qui se dérobe parfois sous elle. Une séquelle de ce traumatisme apparaît peu de temps après, elle perçoit les morts, peut savoir depuis quand ils le sont et voit leurs derniers instants. De ce don, elle en fait un métier et parcours les routes des États-Unis avec son frère, Tolliver Lang. 

Harper et Tolliver sont issus d’une famille recomposée, le père de Tolliver, père de deux garçons, a épousé la mère d’Harper, mère de deux filles. Ensemble, ils auront deux autres enfants. Leur enfance a été particulièrement difficile, après leur remariage, les parents,  tous deux avocats, ont sombré dans la toxicomanie et fréquentent des gens très louches. Les enfants se sont serrés les coudes et les plus grands ont pourvu aux besoins des plus petits, tenant absolument à cacher leur situation familiale à quiconque. Mais la disparition de Cameron, la sœur aînée de Harper, fait intervenir la police et les services sociaux dans la famille.

De cette enfance, Harper et Tolliver ont gardé une grande complicité, ils ne peuvent vivre l’un sans l’autre à tel point que – attention "spoiler" : pour lire la suite, il faut surligner le passage – qu’ils finissent par tomber amoureux l’un de l’autre et forment un couple.

Ces romans forment un tout, dans les premiers, on découvre le talent particulier de Harper, sa façon de procéder avec, comme lien très ténu entre les livres, la perte de sa sœur et son besoin de connaître la vérité sur son sort en retrouvant son cadavre.

Chaque roman, et c’est là le premier défaut, est construit sur le même modèle : Harper est appelée pour une lecture de cimetière ou pour retrouver un mort, elle le fait très rapidement et c’est, évidemment, un mystère qu’elle résout alors qu’elle répète à longueur de page que ce n’est pas son boulot mais celui de la police... c’est lassant... très lassant.

Deuxième gros point noir pour moi et là, je "spoile" à nouveau donc les curieux doivent à nouveau surligner le passage : l’évolution de la relation avec son frère m’a donné vraiment envie de vomir, les passages un peu olé-olé m’ont paru repoussants car étant moi-même issue d’une famille recomposée, celui qu’on appelle son frère en grandissant reste son frère même si l’on ne partage pas le même ADN ! Donc forcément, après ça, la lecture de ces romans étaient un moment pénible que les défauts de l’intrigue, le manque patent de style ou au moins d’effort dans ce sens, les répétitions trop fréquentes ont abouti à un avis bien tranché sur Les Mystères de Harper Connelly : c’est une grosse bouse !

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,roman fantastique,charlaine harris

11:23 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, roman fantastique, charlaine harris |

19 novembre 2011

Ma vie privée sur Internet

littérature britannique,chick litMa vie privée sur Internet de Carole Matthews paru en 2009 chez Marabout.

Emily Miller se sent trahie, elle est en colère, bouleversée, quand elle découvre que son petit-ami, Declan O’Donnell, a mis une photo d’elle où elle est pratiquement nue, les fesses tournées vers le photographe, en costume coquin de Mère Noël libertine avec écrit sur son postérieur au marqueur : « Oh-Oh-Oh ! ». Cette photo prise dans l’intimité du couple n’aurait jamais dû se retrouver sur le net si Declan, qui travaille dans l’informatique, ne cherchait pas la fortune en créant différents sites malgré l’éclatement de la bulle Internet.

Mais la découverte fortuite de cette photo par Emily n’est que la première étape d’un grand bouleversement dans la vie d’Emily car en quittant Declan, elle se retrouve sans foyer et demande asile à son amie Cara, journaliste dans un journal local londonien où, manque de bol puissance 10, un de ses collègues est un fan de sites érotiques et tombe sur la photo et apprenant l’histoire d’Emily de la bouche de Cara, décide qu’il y a matière à écrire un article. Cara ne peut empêcher la machine de s’emballer et Emily se retrouve à la une du journal local puis bientôt des journaux nationaux, l’histoire étant reprise en boucle jusqu’à ce qu’Emily perde son travail de professeur dans une école privée huppée.

Aux abois, Emily va essayer de convaincre Declan de vendre leur maison qu’ils ont acheté ensemble sauf que Declan n’en est pas à sa première trahison : la maison est ultra hypothéquée, sur le point d’être saisie et pour couronner le tout, ce salopard a fait des emprunts à son nom. Pour Emily, la chute est rude et sans fin. Heureusement qu’elle peut compter sur l’amitié de la farfelue Cara pour l’aider à surmonter ses déboires et qui sait, retrouver confiance dans la gente masculine ?

Une vraie et authentique chick lit’ très amusante où l’on suit avec effarement la descente aux enfers de l’héroïne qui arrive à garder son humour malgré tout.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature britannique,chick lit,carole matthews

10:16 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature britannique, chick lit, carole matthews |

17 novembre 2011

Un château sous l’océan

Il ne manque plus que la petite sirène à ce magnifique château entièrement fait en papier par Wataru Itou, jeune étudiant en art à Tokyo. Il a mis 4 ans à construire ce château mais le résultat en vaut la peine, c’est vraiment féérique !
art,papier
art,papier
art,papier

18:08 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : art, papier |