Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 janvier 2012

Le Diable danse à Bleeding Heart Square

Littérature britannique,Andrew TaylorLe Diable danse à Bleeding Heart Square par Andrew Taylor paru en 2011 chez Le Cherche Midi.

1934, Lydia Langstone quitte son foyer dans les beaux quartiers de Londres fuyant un mari autoritaire et violent, sympathisant fasciste. Elle se réfugie à Bleeding Heart Square dans un quartier populaire de la ville.

Le changement de milieu est brutal pour cette jeune femme éduquée dans la Haute Société et dont la mère s’est remariée, après son divorce, avec un Lord. À Bleeding Heart Square, elle partage un appartement avec son père, un alcoolique notoire, ancien militaire.

Parallèlement, Rory cherche à découvrir ce qui est arrivé à la tante de sa fiancée, Fenella, qui a disparu en 1920. Certes, Miss Philippa Penhow a envoyé une lettre de New York disant qu’elle avait retrouvé un ancien amoureux et qu’elle allait y refaire sa vie. Mais depuis, plus de nouvelles et si elle était décédée, ses biens dont un immeuble à Bleeding Heart Square reviendraient à sa plus proche parente, Fenella.

Rory essaye donc de s’infiltrer dans cet immeuble car il soupçonne l’homme qui agit en tant que propriétaire, le major Seridge, d’avoir assassiné cette femme. C’est là que Rory rencontre Lydia et qu’à tous les deux, ils vont résoudre le mystère autour de Miss Penhow.

C’est un roman qui a du mal à démarrer, l’enquête que mènent Rory et Lydia étant entrecoupée de passage du journal intime de Miss Penhow. Mais peu à peu, l’histoire s’affirme jusqu’au rebondissement final.

Cela reste plaisant à lire même si je trouve que la couverture est plus réussie que le roman lui-même que je pensais être plus « gothique » dans le sens fantastique avec une atmosphère 19ème siècle.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature britannique,andrew taylor

22:39 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature britannique, andrew taylor |

Les commentaires sont fermés.