Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 février 2012

La Rigole du diable

littérature française,roman policier,Sylvie GranotierLa Rigole du diable de Sylvie Granotier paru en 2011 à Albin Michel.

Pour son premier procès d’assises, Catherine Monsigny, une jeune avocate parisienne doit défendre Myriam, accusée d’avoir empoisonné son époux. Il faut dire que tout la désigne comme la coupable idéale. Elle a épousé ce vieux paysan creusois pour obtenir des papiers français et pour être à l’abri du besoin après une enfance marquée par le meurtre de ses parents au Gabon, un viol et sa condition d’esclave pour un couple de Français qui l’ont fait venir de son pays natal comme nounou.

Pour Catherine, c’est l’occasion de montrer à son patron qu’elle admire qu’elle est une bonne avocate et la jeune femme va se démener pour prouver que sa cliente est innocente. Mais le passé de Myriam est trouble et imprécis, cela pourrait être retenue contre elle lors du procès.

En fouillant dans le passé de sa cliente, Catherine s’interroge sur le sien qui est tout aussi mystérieux. Alors qu’elle avait 4 ans, sa mère est retrouvée battue à mort à quelques mètres de la fillette dans sa poussette. Son père a alors déménagé, changé de nom et effacé toute trace de la mère de Catherine. Celle-ci s’aperçoit peu à peu que la Creuse qu’elle pensait découvrir pour la première fois est en fait le lieu du meurtre de sa mère.

Sylvie Granotier sait mettre en valeur la Creuse grâce à la description de ses paysages et de ses habitants dans ses romans. J’ai senti que c’est un coin de la France qu’elle aime et dont elle accepte les particularités. Ce lieu est le cadre parfait d’un roman sur l’identité car dans ces zones rurales, tout le monde se connaît et connaît les ascendants de tout le monde.

Les deux femmes de ce roman ont un problème avec leur passé, l’une ne le connaît pas et il la hante, l’autre le dissimule car il serait trop pénible. Sur ces questions essentielles, Sylvie Granotier écrit un roman avec suffisamment de suspense pour tenir le lecteur en haleine même si son style, très concis, peut dérouter. Pourtant, même si j’ai apprécié ce roman, j’ai préféré la perversité de Belle à tuer.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature française,roman policier,sylvie granotier

16:43 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature française, roman policier, sylvie granotier |

Les commentaires sont fermés.