Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 octobre 2012

La Mort noire

littérature britannique,thriller,graham mastertonLa Mort noire de Graham Masterton paru en 1999 chez Claude Lefrancq éditeur.

Le docteur Leonard Petrie est assez surpris quand un homme vient sonner à sa porte très tôt un matin pour qu’il examine son fils. Car le Dr Petrie soigne surtout des personnes âgées et fortunées de Miami, des gens surtout hypocondriaques sans de réels problèmes de santé mais, fidèle au serment d’Hippocrate, il suit l’homme chez lui et constate que l’enfant est vraiment malade.

Il souffre d’un mal qu’il ne reconnaît pas même s’il ressemble au choléra. Effrayé par la virulence de la maladie et l’état désastreux du jeune enfant, il le conduit à l’hôpital où l’enfant décèdera rapidement. Après analyses et autopsie, il s’avérera que le petit garçon était atteint de la peste, pas la peste commune qui décima la moitié de l’Europe au Moyen Âge mais une peste surpuissante contre laquelle aucun médicament ne fait effet  et qui, une fois contractée, emporte le patient en quelques heures.

Peu de temps après le début de l’épidémie, c’est l’hécatombe. Alors que les autorités essayent de minimiser les évènements, les habitants de Miami constatent les effets de la pandémie qui touche tout le monde. Les morts s’entassent dans les rues...

Devant l’inaction des autorités et se sentant incapable de protéger ses patients, le Dr Petrie embarque sa fille après la mort de son ex-femme, ainsi que sa petite-amie et décident de fuir la ville. Mais la peste a de l’avance et bientôt, c’est toute la Floride puis toute la côte est qui est contaminée. Le Dr Petrie a l’espoir pourtant, qu’à New York, lui et sa famille pourront être à l’abri…

Un roman sur fond d’apocalypse très prenant malgré la piètre qualité de l’édition (faute de frappe, erreur dans le nom des personnages…). Ici pas de surnaturel mais une menace bien réelle liée à notre mode de vie contemporain.

Un bon roman au ton très actuel même si il a été écrit dans les années 70. Si l’histoire emballe le lecteur, le fond, le message que fait passer l’auteur, est particulièrement pessimiste et on réalise – si on avait besoin d’une piqûre de rappel (je suis assez pessimiste moi-même !) – que le vernis qui lie la société est bien mince et que face à une telle calamité, ce sont les plus bas instincts qui se révèlent.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature britannique,thriller,graham masterton

17:31 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature britannique, thriller, graham masterton |

Les commentaires sont fermés.