Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 novembre 2013

Mémoires d’un maître faussaire

littérature britannique,roman fantastique,Graham JoyceMémoires d’un maître faussaire de William Heaney alias Graham Joyce paru en 2009 chez Bragelonne.

Le narrateur, William Heaney, travaille pour un ministère. Sa vie est faite de commissions, de réunions et autres rapports à rendre. Mais c’est aussi un escroc qui embobine les crédules grâce aux talents d’un de ses amis artiste qui reproduit à la perfection des éditions anciennes de grands auteurs britanniques que Heaney se charge de fourguer au prix fort.

Il écrit également des poèmes qu’il considère comme médiocres voire carrément mauvais pour un autre de ses amis qui a acquis grâce à cela la réputation d’être un bel homme lettré et obtient des bourses et autres prix littéraires. L’argent récolté ne sert pas à enrichir le train de vie de ces trois compères mais est quasiment intégralement versé à une association qui s’occupe des SDF.

William a également une autre particularité, il voit des démons. Pas ceux de l’imaginaire biblique mais des êtres plus ou moins humanoïdes qui s’attachent aux gens dans certaines circonstances. Un jour, William fait une rencontre déterminante. D’abord, il croise Yasmin, une jeune femme très séduisante qui semble être fasciné par lui puis, il est présenté à Seamus, un vétéran de la Première guerre du Golfe, harcelé par un démon.

Ces deux personnes vont le forcer à revenir sur son passé, sur sa première expérience occulte lors de son passage à l’université 30 ans plus tôt. Grâce à eux, William va peut-être trouver enfin la paix de l’esprit et s’autoriser à être heureux.

L’auteur utilise le fantastique avec énormément de subtilité. Les démons sont-ils réels, sont-ils une projection de l’esprit du narrateur ou sont-ils l’expression de la souffrance qu’il entrevoit chez les autres. On ne le saura jamais vraiment et l’auteur joue de cette ambiguïté pour évoquer le sort d’un homme qui s’ouvre enfin à la vie, qui laisse tomber toutes ses barrières. Graham Joyce nous offre un livre très bien écrit sur un homme traumatisé par un évènement de son passé qui réalise sur le tard le temps perdu et accède à la rédemption.

Ce roman s’avère au final plus riche et plus fin que ne le laissait supposer son titre et sa quatrième de couverture, c’est pour moi une belle découverte.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature britannique,roman fantastique,Graham Joyce

10:42 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature britannique, roman fantastique, graham joyce |

Les commentaires sont fermés.