Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 septembre 2015

Tu as beaucoup changé, Alison

littérature américaine,roman fantastique,peter straubTu as beaucoup changé, Alison de Peter Straub paru en 2008 chez Le Livre de Poche.
 
1955, Alison et Miles sont adolescents et cousins. Ils passent l’été dans le Wisconsin, dans leur famille maternelle. Miles est un jeune garçon un peu timoré devant sa cousine, d’un an plus âgée. Il l’adore et voit en elle son âme-sœur. À côté de ça, il fait les quatre cent coups dans le village multipliant les petits larcins et les blagues bêtes. Alison a mauvaise réputation, pour les villageois, c’est une aguicheuse aux mœurs libérées. Ils se promettent de se revoir vingt ans plus tard au même endroit.
 
1975, Miles doit finir sa thèse et pour honorer sa promesse, retourne sur le lieu de ses vacances d’adolescent. L’accueil dans le village est froid voire hostile car les habitants n’ont pas oublié un certain soir d’été vingt ans plus tôt où Alison a été violée et assassinée. Miles est toujours considéré comme le coupable même si pour étouffer l’affaire, le meurtre a été classé comme accident.
 
La disparition d’une adolescente et son meurtre attise les rancœurs contre Miles et bientôt la foule a soif de vengeance. Mais Miles sait que ce n’est pas lui qui a tué sa cousine et plutôt que de finir sa thèse, il va essayer, malgré l’hostilité, de résoudre cette affaire et peut-être que par la même occasion de découvrir qui assassine des jeunes filles depuis le retour de Miles au village.
 
L’ambiance de ce roman est étouffante et inquiétante. On n’a qu’une envie, hurler au personnage principal de s’enfuir à toutes jambes tant la tension est palpable et dérangeante dans ce village aux habitants étriqués. J’ai toutefois été décontenancée par l’intrigue assez lente où le fantastique n’apparaît que par petite touche là où je pensais qu’il serait plus tangible.
 
Si l’auteur a voulu faire passer le malaise que ressent Miles tout au long du roman, c’est réussi même si je ne peux pas dire que je sorte de cette lecture enchantée tant le rythme et l’atmosphère m’ont plombé le moral…
 
Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,roman fantastique,peter straub

04:35 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, roman fantastique, peter straub |

Les commentaires sont fermés.