Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 octobre 2013

Nuit d’été

littérature américaine,roman fantastique,dan simmonsNuit d’été de Dan Simmons paru en 1995 chez Le Livre de Poche.

1960, dans une petite bourgade rurale de l’Illinois. Les enfants de Elm Haven n’attendent plus qu’une chose : le début des vacances d’été pour enfin quitter les murs de leur vieille école, Old Central, un bâtiment immense et vétuste où l’on se sent prisonnier.

Alors que l’été commence enfin, un petit garçon a disparu. Tubby Cooke n’est jamais sorti de l’école même si les adultes disent le contraire. Trouvant cela étrange, une petite bande d’amis, Dale, Duane, Mike, Jim et Lawrence, âgés entre 11 et 12 ans, décident de mener l’enquête. Pour cela, ils suivent les adultes qui travaillent à l’école.

Ces filatures, commencées plus par jeu et désœuvrement, vont leur faire découvrir l’horreur que cache ces adultes et quel rapport cela a avec leur ancienne école promise à la démolition. En cet été 1960, ces cinq enfants vont devoir grandir à toute vitesse pour survivre à la menace et protéger leurs familles.

Ce roman fantastique démarre doucement en restituant l’ambiance des vacances d’été dans les années 60 où les enfants pouvaient partir jouer loin de leurs maisons sans que leurs parents ne se rongent les sangs. Les descriptions sont très réalistes et les enfants très bien décrits. L’intrigue est palpitante également, à tel point que c’est un roman difficile à reposer !

D’une certaine façon, l’histoire m’a rappelé les meilleurs romans de Stephen King de par le contexte (une petite ville à la campagne), les protagonistes (des enfants) et l’époque (les années 60 qui sont fréquemment évoquées chez Stephen King). Même si je ne retrouve pas le génie de Stephen King dans ce roman, je dois dire que, malgré quelques répétitions un peu pesantes, cela reste un très très bon roman fantastique et un des meilleurs que j’ai lu de Simmons à ce jour.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,roman fantastique,dan simmons
 

23:42 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, roman fantastique, dan simmons |

21 septembre 2013

Genesis

Littérature américaine,thriller,Karin SlaughterGenesis de Karin Slaughter paru en 2012 chez Grasset (aussi disponible en poche).

Sara Linton est médecin urgentiste à Atlanta mais c’est aussi une ancienne médecin légiste. Quand arrive une jeune femme victime d’un accident de la route, elle a été percutée par une voiture. Sara remarque que cette jeune femme retrouvée nue, souffre d’innombrables blessures infligées par des actes de tortures.

Les agents du GBI – Georgia Bureau of Investigation – Faith Mitchell et Will Trent sont chargés de l’enquête. En se rendant sur le lieu de l’accident, Will découvre une grotte, le lieu où Anna, puisque c’est son prénom, a été retenue captive. Il comprend vite malgré l’horreur de ce lieu, qu’une autre personne était détenue en même temps. Will trouvera le corps d’une autre femme qui, contrairement à Anna, sera identifiée.

Les deux femmes ont le même profil, des femmes très minces, brunes et qui ont réussi professionnellement. Elles n’étaient également regrettées par personne car pour ceux qui les connaissaient, c’étaient des femmes peu voire pas du tout appréciées. Quand deux autres femmes disparaissent, Faith et Will, aidés de Sara n’ont que quelques jours pour les retrouver vivantes.

Karin Slaughter maitrise à la perfection les ficelles de son thriller. Son intrigue est très brillante, particulièrement machiavélique et tous ses personnages sont superbement construits. Elle est allée au fond de la psychologie des personnages, qui sont très complexes, choses rares dans un thriller.

Une très bonne découverte ! J’en conseille vivement la lecture à ceux qui aime les thrillers cauchemardesques avec des personnages fouillés.

Vous voulez en lire un extrait ?
Littérature américaine,thriller,Karin Slaughter

12:40 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, thriller, karin slaughter |

09 septembre 2013

Les Ruines

littérature américaine,roman fantastique,scott smithLes Ruines de Scott Smith paru en 2008 chez Le Livre de Poche.

En vacances au Mexique, dans le Yucatán, deux jeunes couples, Jeff, Amy, Stacy et Eric rencontrent un Allemand, Mathias, avec lequel ils sympathisent. À ces cinq jeunes gens s’ajoutent trois Grecs qui ne parlent ni anglais ni espagnol surnommés Pablo, Juan et Don Quichotte.

Les amis s’amusent et profitent des plaisirs de Cancún quand Mathias décide de partir à la recherche de son frère qui est parti dans la jungle suivre une jolie archéologue dont il est tombé amoureux. Les deux couples et Pablo choisissent de l’accompagner et de suivre les instructions de la carte dessinée par l’archéologue. Pablo laisse un mot avec une copie de cette carte aux deux autres Grecs et, tous partent pour une expédition qui ne devrait prendre que la journée même si la saison n’est pas la meilleure pour envisager une excursion dans la jungle car la chaleur est écrasante.

Le chauffeur de taxi qui les amène à proximité les met en garde et leur déconseille fortement de se rendre à cet endroit. Arrivés au village à proche des fouilles, les villageois se montrent particulièrement distants et ne font rien pour leur indiquer le chemin. Grâce à leur persévérance, ils trouvent enfin le sentier qui mène au chantier de fouilles.

Sur place, ils découvrent une petite colline, couverte de végétation au milieu d’une clairière totalement dégagée. Ils sont surpris par l’arrivée précipitée du chef du village qui, dans sa langue, essaye de les forcer à repartir. En vain car les amis s’approchent de la colline et là, le comportement du Maya change du tout au tout, désormais ils sont prisonniers de cette colline verdoyante et des villageois vont faire le guet pour les empêcher de s’enfuir…

Cette histoire angoissante ne laisse aucun répit au lecteur. L’horreur s’installe petit à petit pour finalement, ne plus quitter les pages ! Quoique assez basique, la psychologie des personnages est bien décrite. L’épreuve qu’affrontent ces jeunes gens permet de les pousser dans leurs limites.

Un très bon roman à l’ambiance morbide sous le soleil accablant du Mexique.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,roman fantastique,scott smith
Ce roman a été adapté au cinéma en 2008 par Carter Smith avec Jonathan Tucker, Jena Malone et Laura Ramsey dont voici la bande-annonce (en version originale sous-titrée) :

10:09 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, roman fantastique, scott smith |

02 juillet 2013

12 21

littérature américaine,thriller,Dustin Thomason12 21 de Dustin Thomason paru en 2012 chez Calmann-Lévy.

Le Dr Gabriel Stanton est médecin au CDC, il est spécialisé dans les maladies à prions (ce sont des protéines mal formées ou mal pliées) comme la maladie de Creutzfeldt-Jakob, la tremblante du mouton ou la maladie de la « vache folle ». Michaela Thane est urgentiste dans un des hôpitaux de Los Angeles. Elle joint le Dr Stanton car elle soupçonne un de ses patients d’être atteint d’une maladie à prions, l’insomnie fatale familiale.

Cette maladie est extrêmement rare, il n’existe d’ailleurs aucun cas répertorié aux États-Unis. Le Dr Stanton se précipite au chevet du malade pour en apprendre plus et vérifier le diagnostic. Il s’avère que cet homme est un indien qui ne parle que le quiché, la langue des peuples apparentés au Mayas. Pour cela, il fait appel à une sommité dans le domaine, Chel Manu.

Au même moment, Chel est contactée par un trafiquant d’antiquités précolombiennes pour lui vendre un codex maya. Malgré le risque de posséder ce document issu d’un pillage et au péril de sa carrière, elle décide de le mettre en lieu sûr et de l’étudier. Ce codex est extraordinaire car il n’existe que quatre codex mayas qui ont survécu aux autodafés des Espagnols et tous sont beaucoup plus récents que celui-ci !

Chel est alors appelée au chevet du malade car elle parle le quiché et en l’interrogeant, elle découvre qu’il est originaire de la même province du Guatemala qu’elle et qu’il a été contaminé en ramenant le codex aux États-Unis pour le vendre. Mais cette maladie à prions est extrêmement contagieuse à l’inverse des autres maladies à prions. Pendant que le Dr Stanton cherche à comprendre la maladie et à la contenir, Chel Manu traduit le codex car c’est dans ce document que se trouve la réponse à ce qui cause la maladie avant le 21 décembre 2012 (souvenez-vous, c’est à cette date que l’on nous promettait la fin du monde !).

Le développement de l’intrigue de ce thriller est ultra-classique et les personnages sont assez standards. Par contre, l’histoire est fichtrement intéressante ! La partie médicale est instructive et tout ce qui concerne la civilisation maya, en particulier le passage à l’époque de la rédaction du codex, est passionnant.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,thriller,Dustin Thomason

16:50 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, thriller, dustin thomason |

28 mai 2013

Écarlate

littérature américaine,science-fiction,Hillary JordanÉcarlate de Hillary Jordan paru en 2012 chez Belfond.

Dans un futur proche qui voit le retour à une société puritaine comme celle des premières colonies des États-Unis, Hannah est jugée pour un crime, celui d’avoir avorté… Elle passera un mois en cellule chromatique, dans une pièce où elle n’aura aucun contact avec un autre être humain, on lui injecte un virus qui teinte sa peau en rouge, symbole de son méfait.

Dans cette cellule, elle est filmée 24h/24h par des caméras qui retransmettent son emprisonnement sur toutes les télés des États-Unis. Le mois s’est écoulé et Hannah est libérée mais sa sentence l’oblige à rester colorée en rouge pendant 16 ans car en plus d’avoir avorté, elle a refusé de donner le nom de l’homme qui l’a mise enceinte et de révéler celui de l’homme qui a pratiqué l’intervention.

À sa sortie, son père l’emmène dans un établissement de réinsertion tenu par un couple très religieux. Hannah, pourtant très pieuse, se révolte devant leurs pratiques humiliantes et s’enfuit. Elle part alors à la recherche de Kayla, une jeune femme Rouge également, sa seule amie dans ce centre, qui a été renvoyée quelques jours plus tôt.

En voulant revoir sa sœur, Hannah se dispute avec son beau-frère qui fait partie d’une milice qui assassine les Chromes. Elle et Kayla sont sauvées par une organisation considérée comme terroriste, soutenant le droit pour les femmes à disposer de leur corps, qui veulent les exfiltrer vers le Canada. Mais la vie d’une Chrome a peu de prix pour certains et en plus de la crainte de la fragmentation causée par le virus chromatique (qui détruit le cerveau si le rappel n’a pas été fait dans les temps) Hannah et Kayla sont à la merci d’une population qui les traite en paria.

Ce roman dystopique est directement inspiré de La Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne (que je n’ai pas encore lu mais dont j’ai vu l’adaptation cinéma réalisé par Roland Joffé avec Demi Moore, Gary Oldman et Robert Duvall sorti en France sous le titre Les Amants du Nouveau Monde dont voici la bande-annonce en version originale :

Hillary Jordan invente un monde aussi réaliste qu’effrayant. L’emprise du religieux sur les femmes, notamment, est révoltante. Cette lecture est d’autant plus inquiétante que la montée en puissance des différents extrémismes religieux a bien lieu actuellement et l’on se dit, comme l’auteur, que le monde qu’ils nous proposent est une régression des droits dramatique.

En suivant le parcours d’Hannah, on s’attache à cette véritable héroïne que l’on voit mûrir au fur et à mesure qu’elle est confrontée à l’adversité à l’horreur mais aussi à la bonté d’inconnus.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,science-fiction,Hillary Jordan

11:58 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, science-fiction, hillary jordan |

18 mai 2013

Hammerhead Ranch Motel

littérature américaine,tim dorseyHammerhead Ranch Motel de Tim Dorsey paru en 2005 chez Rivages.

Serge, le schizophrène passionné par la Floride et son histoire, est toujours à la recherche des 5 millions de dollars. Sa quête l’amène au Hammerhead Ranch Motel où chaque chambre semble être louée à un criminel !

Là-bas, il rencontre Lenny, un sosie raté du personnage de Don Johnson dans la série Deux flics à Miami également gros fumeur de marijuana et deux jeunes femmes, qui se sont surnommées La Ville et La Campagne qui fuient la justice d’un état voisin.

Comme dans le précédent roman, il y a beaucoup de personnages qui rendent l’intrigue difficile à suivre. Dorsey utilise toujours les flashbacks qui ralentissent la narration et perde un peu le lecteur mais cet auteur mérite que l’on s’accroche car ce roman est encore plus drôle que Florida Roadkill.

Je trouve que Serge le Schizophrène est un personnage de fiction incroyable, il est dangereux, complètement imprévisible mais bougrement attachant ! Je vais donc continuer mon voyage dans la Floride de Tim Dorsey en explorant à nouveau sa bibliographie…

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,tim dorsey

07:20 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, tim dorsey |

09 mai 2013

Notre vénérée chérie

littérature américaine,roman fantastique,robert marascoNotre vénérée chérie de Robert Marasco paru en 1993 chez Pocket.

C’est bientôt l’été, Marian ne supporte plus son appartement du Queens et la proximité imposée avec ses voisins. Elle arrive à convaincre son mari, Ben, professeur, de quitter la ville pour les deux mois d’été. Pour cela, elle a trouvé une petite annonce très alléchante : « Résidence d’été exceptionnelle. Tranquille, isolée. Parfaite pour une grande famille. Piscine, plage privée, embarcadère. Pour la saison. Très raisonnable pour personnes honorables ».

Marian est emballée, Ben beaucoup moins… Il essaye de refreiner sa femme qui est plutôt dépensière mais celle-ci parvient à le convaincre et tous deux ainsi que leur enfant David, 8 ans, partent visiter cette résidence. Sur place, le couple découvre un manoir effectivement exceptionnel si l’on oublie son grand état de délabrement.

En effet, la maison, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, ne semble plus entretenue depuis de nombreuses années. Les propriétaires sont un frère et une sœur, les Allardyce. Ce sont deux personnes d’un certain âge qui semblent plutôt excentriques au couple de citadins. Ils louent leur maison tous les deux ans environs pour une somme si modique que Ben se méfie immédiatement. Pour lui, il y a forcément un piège.

Mais la seule condition à la location de cette demeure, c’est d’apporter un plateau-repas dans ses appartements à leur mère très âgée trois fois par jour. D’après Mademoiselle Allardyce, leur mère est si timide que le couple ne la verra jamais lors de leur séjour. Si Ben hésite devant cette responsabilité, Marian, elle, est totalement emballée. Elle a eu un coup de cœur pour cette maison et n’a plus qu’une envie, c’est de poser ses bagages pour commencer à se l’approprier et tenter de lui redonner sa gloire d’antan.

Pour la chineuse qu’elle est, cette maison remplie de mobiliers dignes d’un musée est un émerveillement. Finalement, devant l’enthousiasme de son épouse, Ben accepte. Ils loueront la maison pour les deux mois d’été et inviteront la tante de Ben. Les premiers jours sont un enchantement, Ben et David profitent de la plage ; la tante, peintre amateur, installe son chevalet sur le domaine et Marian se lance dans le grand ménage, son occupation favorite.

Mais de façon insidieuse, ce bonheur se ternit. Ben se sent glisser vers la dépression, victime d’hallucinations ; la tante dépérie ; David manque par deux fois de mourir et Marian est de plus en plus obnubilée par la maison et par la vieille Madame Allardyce, qu’elle ne voit jamais mais dont elle devine la présence. Et puis la dégradation s’accélère tandis que la maison, elle, semble renaître de ses cendres…

Ce roman fantastique m’a beaucoup plu ! Il revisite le thème très classique de la maison maléfique et même si on découvre ce qui va arriver aux protagonistes, on se laisse prendre par l’intrigue diabolique.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,roman fantastique,robert marasco

18:32 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, roman fantastique, robert marasco |