Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 novembre 2012

Toyer

littérature américaine,thriller,gardner mckayToyer de Gardner McKay paru en 2011 chez Le Cherche Midi.

Maude Garance est médecin, c’est une femme en colère et qui se sent totalement impuissante à guérir ses patientes. Car Maude tient à s’occuper des victimes de Toyer, un psychopathe qui détruit ses victimes sans les violer et sans les tuer : il pratique sur elles une sorte de lobotomie, il en fait des légumes.

Il a été surnommé « Toyer » par la presse car il joue avec ses victimes mais malgré un nombre important de femmes agressées par cet homme, la police ne fait rien ou pas grand-chose car après tout, il n’y pas de viol, il n’y a pas de meurtre. Cette affaire n’est donc pas prioritaire pour eux.

Maude Garance va pourtant tout faire pour qu’elle le devienne quitte à accepter la proposition de Sara Smith, la journaliste qui suit les actes de Toyer, de répondre à cet homme par voie de presse interposée. Car Toyer est très fier de son œuvre et ne ressent aucune culpabilité et apprécie de se vanter en envoyant des lettres à la presse.

Bientôt, les échanges entre Maude Garance et Toyer passionnent les foules, cet homme bénéficie d’une couverture médiatique sans précédent, on parle d’un livre qu’il va écrire, d’un film qui sera adapté de ses « œuvres ». Maude Garance décide d’entrer dans son jeu pour une seule raison, elle veut qu’il soit attrapé, elle attend qu’il fasse enfin une faute et elle ne rêve que d’une chose, c’est de venger toutes ces jeunes femmes dont elle s’occupe avec beaucoup de dévouement. Sara Smith finit par faire du combat de Maude, le sien et entre ceux deux femmes et cet homme, c’est bientôt le jeu du chat et de la souris, sans que l’on sache très bien qui joue le rôle de qui…

L’histoire de ce thriller est particulièrement atypique, il n’y a presque pas de violence et tout passe par la parole. Je l’ai commencé avec beaucoup d’enthousiasme, ayant lu et entendu de très bonnes critiques sur ce roman dans la presse. Mais j’ai vite déchanté…

Avec du recul, cet histoire si atypique est complètement abracadantesque. Et puis même si les chapitres sont ultra-courts et le style censé être nerveux, on finit par s’ennuyer ferme à la lecture de certaines scènes qui paraissent inutiles, gratuites ou redondantes. De plus, j’ai trouvé que les personnages manquaient de matière, ce qui est quand même malheureux pour un thriller où la psychologie est si importante.

Je ne retiendrais qu’une seule chose positive de ce roman, c’est le rôle pervers de la presse dans cette histoire. C’est, je pense, une bonne idée d’avoir mis cela en avant mais cela ne sauve pas ce roman à mes yeux.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,thriller,gardner mckay

22:35 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, thriller, gardner mckay |

03 novembre 2012

Impact

littérature américaine,thriller,douglas prestonImpact de Douglas Preston paru en 2011 chez L’Archipel (aussi disponible en poche).

Abby Shaw est une jeune femme de 20 ans, très brillante, elle a pourtant été renvoyée de Princeton car elle passait plus de temps à suivre des cours d’astronomie que sa prépa-médecine pour laquelle elle avait obtenu une bourse.

De retour dans le Maine, chez son père, travaillant comme serveuse dans le « diner » local, elle va un soir, avec son amie Jacky, observer les étoiles quand elle assiste à ce qui semble être la chute d’un météore. Grâce à la photo prise par son télescope, Abby est en mesure d’extrapoler le lieu de l’impact et les deux jeunes femmes emprunte le bateau du père d’Abby, pêcheur de homards, pour partir à la recherche de la météorite et la vendre une fois qu’elles auront mis la main dessus.

Peu de temps après l’impact du Maine, Wyman Ford est envoyé au Cambodge pour remonter la filière de pierres précieuses très à la mode depuis peu de temps mais qui se trouvent être hautement radioactives et qui condamnent quiconque qui s’en ornerait à la mort certaine. En arrivant sur place, il découvre une mine, situé dans un cratère qui pourrait être causé par la chute d’un météore.

Pendant ce temps, Mark Corso a repris les recherches de son professeur assassiné chez lui. Ce professeur s’intéressait à l’émission de rayons gamma en provenance de Mars. Après avoir travaillé de longues heures sur les données volées par le professeur avant sa mort, Corso fait une découverte stupéfiante qui conduira à son renvoi de la mission Mars. Tous ces évènements ont un point commun que les protagonistes vont découvrir à leurs risques et périls.

Me voilà de nouveau avec une histoire où le personnage principal est Wyman Ford ! Vue ma précédente expérience dans les romans solos de Douglas Preston, j’envisageais le pire. J’avoue que je suis agréablement surprise. Attention, c’est pas le thriller de l’année, non plus ! L’intrigue est plutôt tirée par les cheveux mais je me suis prise au jeu et je reconnais que la personnalité de la jeune Abby Shaw y est pour beaucoup.

Sinon, l’intrigue est menée tambour battant, ça va très vite, effet accentué par des chapitres courts et des rebondissements de fin de page. C’est très correct mais il ne faut pas en demander plus. C’est juste un roman divertissant mêlant thriller et sciences.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,thriller,douglas preston

22:06 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, thriller, douglas preston |

30 octobre 2012

L’Incroyable histoire de Halcyon Crane

littérature américaine,roman fantastique,wandy webbL’Incroyable histoire de Halcyon Crane de Wendy Webb paru en 2012 chez Le Livre de Poche.

Habitante de Seattle, Hallie James reçoit un jour une lettre d’un notaire qui l’informe du décès de sa mère. Hallie est particulièrement choquée par cette nouvelle car son père lui a toujours dit que sa mère est morte 30 ans plus tôt, alors qu’elle avait 5 ans, dans l’incendie de la maison familiale.

Troublée, elle décide de confronter son père atteint de la maladie d’Alzheimer qui vit dans une maison de repos. Celui-ci, par une phrase énigmatique, confirme qu’elle est bien la fille de Madlyn Crane, photographe très renommée qui vivait sur l’île du Grand-Manitou dans la région des Grands Lacs dans le Michigan. Son père l’a enlevée à 5 ans pour la sauver de l’influence de cet endroit.

Après la mort de son père, Hallie choisit de se rendre sur place car plus rien ne la retient à Seattle. Elle découvre alors la vie sur l’île, une vie assez retirée une fois la saison touristique passée, où les habitants se déplacent à cheval ou à vélo et où le téléphone portable n’a pas de réseau.

Le notaire qui l’accueille sur l’île, Will Archer, s’avère être un ami d’enfance de Hallie dont le vrai nom est en réalité Halcyon Crane. Celle-ci hérite d’une magnifique maison, construite par ses arrière-grands-parents. Tombant sous le charme, Hallie décide de rester. Grâce à la gouvernante de la maison, Iris, une femme sans âge qui a connu ses parents et ses grands-parents, elle découvre l’histoire de sa famille.

Une histoire particulière qui prend vie sous les yeux de Hallie grâce au talent de conteuse d’Iris. À vivre dans cette maison, sur cette île, elle se rend compte des nombreux secrets attachés à sa famille et que l’esprit de certains ancêtres la hante.

Il s’agit du premier roman de l’auteur qui, comme Iris, est une merveilleuse conteuse et emmène son lecteur dans cette ambiance gothique. J’ai beaucoup apprécié ce roman fantastique où le surnaturel est dosé avec habileté. Les personnages, notamment les personnages féminins, sont bien campés et attachants.

Une belle découverte que cette lecture… J’espère que dans son deuxième roman, l’auteur saura emporter le lecteur aussi bien que dans celui-ci.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,roman fantastique,wandy webb

13:04 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, roman fantastique, wandy webb |

16 octobre 2012

Flashback

littérature américaine,science-fiction,dan simmonsFlashback de Dan Simmons paru en 2012 chez Robert Laffont.

Nous sommes en 2035 et les États-Unis se sont effondrés sous le poids de la récession économique, du chômage et de la dette. Beaucoup d’habitants de ce qui reste des États-Unis (puisque des États entiers ainsi que des villes ont fait sécession) sont accrocs au flashback, une drogue très bon marché qui permet de revivre de façon très réaliste ses souvenirs. Les violences pour obtenir l’argent pour cette drogue ou pour simplement survivre sont le quotidien des habitants.

Dans ce monde, les États-Unis sont gouvernés en sous-main par des Japonais dont la sphère d’influence mondiale est partagée avec le Califat global où la charia est appliquée sur la Moyen-Orient, l’Afrique et l’Europe. Le Califat tente d’ailleurs grâce à des attentats-suicide quotidiens à s’emparer de ce qui reste du monde, ouvrant la voie à une guerre avec un Japon qui a abandonné la démocratie pour revenir au shogunat de l’époque féodale.

Nick Bottom est un ancien policier effondré par la mort accidentel de sa femme quelques années auparavant et accro au flashback pour revivre les moments passés avec son épouse. Il est engagé par le Conseiller Nakamura, gouverneur du Colorado pour élucider la mort de son fils survenue six ans plus tôt alors que celui-ci réalisait un reportage sur le flashback aux États-Unis. Nick avait alors enquêté sur cette affaire qui n’a jamais aboutie et il ne comprend pas vraiment pourquoi Nakamura est prêt à le payer une fortune pour résoudre un meurtre si ancien qui a laissé de nombreux enquêteurs, disposant plus de ressources que lui, dans le brouillard.

Mais pour lui, cette enquête est le moyen d’avoir assez d’argent et de flashback pour se remémorer son passé avec sa femme. Cependant, le Conseiller a tout prévu, pour éviter que Nick l’arnaque et utilise la drogue à des fins privées, il ordonne à son chef de la sécurité d’accompagner Nick lors de son enquête. Une enquête qui, même si la piste semble froide à première vue, se révèle être d’une grande complexité et dont le dénouement pourrait causer un bouleversement majeur.

Parlons d’abord du style de ce roman d’anticipation. C’est un roman facile à lire, l’intrigue est assez prenante. Maintenant, évoquons le fond… car c’est là que le bât blesse pour moi. Dans ce roman, l’auteur affiche des idées que j’estime révoltantes, racistes et xénophobes. À la lecture de ce roman, Simmons paraît être particulièrement opposé aux aides sociales, il ne jure que par le libéralisme économique et pour lui, la social-démocratie est la cause du délitement de la société.

Ses réflexions sur le « Califat Global » sont dignes d’un blog ou d’un forum appartenant à la « fachosphère » ou des élucubrations d’un Anders Behring Breivik contre ce que l’extrême-droite appelle « Eurabia ». J’ai été atterrée par le contenu de ce roman qu’on croirait subventionné par la droite la plus réactionnaire des États-Unis et par la NRA. Je ne vis pas au pays de Candy, je lis la presse et les idées de Simmons vont à l’encontre de tout ce que auquel je crois.

À la moitié du roman, j’avais encore l’espoir que l’auteur voulait pousser au débat en ayant des propos aussi extrêmes mais le roman achevé, je ressens un certain malaise et me demande si je vais lire ses prochaines parutions.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,science-fiction,dan simmons

11:54 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, science-fiction, dan simmons |

29 septembre 2012

Credo

littérature américaine,thriller,Douglas PrestonCredo : le dernier secret de Douglas Preston paru en 2009 chez L’Archipel (aussi disponible en poche).

Dans l’Arizona, au cœur de la réserve navajo, se trouve Isabella, un accélérateur de particules. Mais à Washington, on ne comprend pas pourquoi le projet n’est toujours pas lancé. Isabella est un projet que le Président a soutenu de tout son poids et comme il est en campagne en vue de sa réélection, des avancées dans ce programme qui a coûté la bagatelle de 40 milliards de dollars seraient un plus bien appréciable.

Pour comprendre ce qui se passe en Arizona, le conseiller scientifique du Président recrute un homme, un ancien de la CIA qui a deux atouts pour cette mission, le premier, il est anthropologue, familier de la culture navajo et sa couverture serait d’établir un dialogue avec les populations locales hostiles à Isabella. Le deuxième point, c’est qu’il a fréquenté autrefois une des scientifiques du projet et pourra donc savoir ce qui retarde tant le lancement de l’accélérateur. Wyman Ford est donc envoyé sur place et découvre vite que l’équipe cache un grand secret.

Du côté de Washington, un télé-évangéliste s’empare du sujet et profite d’Isabella pour retrouver sa popularité perdue après une sordide affaire de mœurs. Pour cet homme, le projet Isabella va à l’encontre du dogme chrétien puisque les scientifiques veulent découvrir comment est né l’univers.

Entre ce secret qui ronge l’équipe de scientifiques et l’influence de ce télé-évangéliste, la situation devient vite explosive.

L’auteur évoque dans ce roman les peurs des fondamentalistes religieux envers la science, c’est intéressant mais pas suffisamment pour considérer ce roman comme une réussite. Plusieurs points négatifs ont gâché cette lecture, notamment un plan mal construit qui conduit Preston à se répéter, la psychologie des personnages est à peine esquissée et le tout baigne dans un prêchi-prêcha métaphysico-religieux  à deux balles.

J’ai grandement préféré l’auteur quand il travaille avec son comparse, Lee Child dans La Chambre des curiosités et je ne retiendrais pas grand-chose de Credo, hormis qu’il se lit très rapidement…

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,thriller,Douglas Preston

06:51 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, thriller, douglas preston |

27 septembre 2012

Ce que savent les morts

littérature américaine,roman policier,Laura LippmanCe que savent les morts de Laura Lippman paru en 2009 chez Le Seuil (aussi disponible en poche).

1975, Sunny Bethany (15 ans) et sa petite sœur Heather (12 ans) se rendent dans un centre commercial où elles ont leurs habitudes un samedi avant Pâques. Il y a beaucoup de monde dans le centre commercial mais elles disparaissent sans laisser de traces et leurs corps ne seront jamais retrouvés.

30 ans plus tard, une femme d’une quarantaine d’années cause un accident dans la banlieue de Baltimore. Quand un policier lui demande son identité, elle répond qu’elle est Heather Bethany. Conduite à l’hôpital pour ses blessures, elle refuse d’en dire plus.

Pour les policiers, c’est le choc, personne ne pensait qu’une des sœurs Bethany réapparaitrait un jour. Ils doivent donc enquêter sur cette affaire dont la piste est froide depuis si longtemps pour savoir si cette femme dit la vérité ou si elle est une affabulatrice.

Voilà une intrigue qui emporte littéralement le lecteur. Il n’y a pas d’action, de la psychologie et des personnages très bien campés mais on a le droit à tellement de rebondissement que je me suis souvent exclamée : « Non ? C’est pas vrai ! J’y crois pas ! » car l’auteur est très astucieuse et laisse son lecteur dans le doute, ne lui laissant qu’un seul choix : lire le livre sans le reposer quitte à empiéter sur ses heures de sommeil !

Pour l’anecdote, je partage cette lecture avec Megan Fox (voir ici) !

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,roman policier,Laura Lippman

19:45 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, roman policier, laura lippman |

15 septembre 2012

L’Exorciste

littérature américaine,roman fantastique,William Peter Blatty,cinémaL’Exorciste de William Peter Blatty paru en 2011 chez Pavillons poche.

Chris MacNeil est une actrice célèbre, récemment divorcée, en tournage à Washington. Elle y vit temporairement avec sa fille de 12 ans, Regan. La vie suit son cours lorsque la fillette manifeste un comportement étrange, de douce et aimante, elle devient agitée, solitaire, discutant des heures avec celui qu’elle appelle le Capitaine Howdy. Inquiète, Chris l’emmène voir un médecin qui diagnostique une hyperactivité mais la santé de Regan se dégrade de plus en plus et son attitude s’altère également.

Le médecin décide de poursuivre ses analyses, craignant une lésion au cerveau. Mais les résultats écartent toutes les théories auxquelles lui et ses confrères peuvent penser. Regan est devenue quelqu’un d’autre, d’une grande violence, se souillant, insultant tout le monde. Chris, effrayée, ne sait plus vers qui se tourner et elle, l’athée, en vient à penser qu’un démon possède sa fille.

La mort de son ami et réalisateur du film qu’elle tourne à Washington va impliquer un policier style Columbo qui va arriver aux mêmes conclusions que Chris : Regan, ou plutôt, la chose qui possède Regan, n’hésite pas à tuer… Un prêtre jésuite également psychiatre, Damien Karras, va se pencher sur le cas de Regan, d’abord armé de son savoir car sa foi défaillante et sa rationalité ne lui permet pas d’envisager l’existence du démon. Mais confronté à celui qui possède Regan, le père Karras va mettre son existence en péril pour le chasser du corps de la petite fille.

J’ai vu entièrement le film adapté du roman il y a quelques années. Auparavant, je n’en avais vu que des extraits qui m’avait proprement terrifiée. Un jour, prenant mon courage à deux mains, par une chaude après-midi ensoleillée d’été, j’ai enfin réussi à regarder ce fameux film. Depuis, je sais que je ne pourrais jamais le revoir tant le visionnage fut éprouvant pour mes nerfs !

J’étais curieuse de lire le roman éponyme et je ne suis pas déçue, c’est un très très bon roman fantastique. J’aime beaucoup le style de l’auteur et sa façon de construire son intrigue où le lecteur se doute très vite de quoi il retourne mais l’on observe les protagonistes patauger dans leurs certitudes, refusant de reconnaître l’évidence tant cette évidence parait incroyable qu’horrible. Le livre a eu presque autant de succès que le film et ce roman est vraiment un incontournable pour les amateurs de littérature fantastique.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,roman fantastique,William Peter Blatty,cinéma

12:13 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, roman fantastique, william peter blatty, cinéma |