Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 juin 2015

Les Vacances d’un serial killer

Littérature belge,humour,roman policier,Nadine MonfilsLes Vacances d’un serial killer de Nadine Monfils paru en 2012 chez Pocket.
 
La famille Destrooper part en vacances à la mer. Josette aurait préféré la Costa Brava mais Alfonse a choisi la mer du Nord. Les deux ados, Steven, prénom choisi en l’honneur de Steven Seagal (l’acteur préféré de Josette) et Lourdes, dont le prénom a été pioché dans Voici (c’est le même prénom que la fille de Madonna). La famille est accompagnée de Mémé Cornemuse, la mère de Josette, une vieille carne selon Alfonse. La caravane de Mémé Cornemuse a été attachée à la voiture chérie d’Alfonse, fan de tuning.
 
Les voilà donc sur la route des vacances mais les ennuis s’accumulent ! Josette se fait dérober son sac à main avec l’argent du voyage, la caravane de Mémé Cornemuse se détache sur la route et Steven et Lourdes, qui se prennent respectivement pour un réalisateur et une actrice, ont filmé un cadavre dans les toilettes d’un restoroute. Sur la vidéo, on aperçoit les chaussures de Biloute, qui décide de prendre lui aussi un repos bien mérité au bord de la mer du Nord après avoir réussi à s’échapper de prison où il était enfermé pour avoir assassiner son voisin, le facteur, le boucher et la boulangère de son village. Ces personnes ont eu le malheur de lui casser les pieds…
 
Mémé Cornemuse a de la ressource, abandonnée au bord de la roue, elle braque un couple et se fait conduire à la pension de famille où les Destrooper ont loué des chambres. Enfin, les vacances vont pouvoir commencer !
 
Ce roman m’a enchanté tant par le style, très imagé que par l’originalité de ses personnages. Tous les personnages sont farfelus pour ne pas dire complètement chtarbés avec une mention spéciale pour Mémé Cornemuse qui est vache comme Tatie Danielle mais avec un flingue, une libido XXL et un langage de charretier.
 
On dirait du Carl Hiaasen, j’y ai retrouvé des personnages cocasses, des situations aussi rocambolesques qu’absurdes. Je perds la Floride mais je gagne la Belgique et ses belgicismes. Et puis, c’est d’un drôle !
 
Un petit bijou d’humour et je vais bien sûr lire la suite des aventures de Mémé Cornemuse.
 
Vous voulez en lire un extrait ?
Littérature belge,humour,roman policier,Nadine Monfils

19:39 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature belge, humour, roman policier, nadine monfils |

07 mai 2015

Le Mystère de la Maison Aranda

littérature espagnole,roman policier,roman historique,Jerónimo TrístanteLe Mystère de la Maison Aranda de Jerónimo Trístante paru en 2009 chez Phébus (existe aussi en poche).
 
Victor Ros est un jeune sous-inspecteur à Madrid où il revient après un coup d’éclat qui lui a valu les honneurs de la presse et les félicitations de ses supérieurs. Malheureusement, son arrivée coïncide avec l’enterrement de son mentor, un homme qui est à l’origine de son choix de carrière.
 
Victor a déménagé enfant avec sa mère à Madrid. Le foyer est pauvre et Victor traine avec des voyous et débute comme pickpocket. Don Armando Martinez, un sergent de police remarque que ce jeune garçon, qui aime lire et dispose d’une intelligence et de capacités de déduction peu communes, ferait un très bon policier. Et c’est pour cela, que Victor et son collègue, l’inspecteur don Alfredo sont envoyé enquêter sur une affaire très étrange. Une jeune épouse a, dans une sorte de transe, tenté d’assassiner son époux, reproduisant un évènement qui a eu lieu il y a dix ans dans les mêmes circonstances, dans la même maison. Encore plus bizarre, une femme a tué son mari cinquante ans auparavant avec le même mode opératoire. Déconcertant et effrayant… La Maison Aranda serait-elle hantée ?
 
Pour Victor, ce sont des sornettes ! Il y a forcément une explication logique à cet évènement et il se fait fort de la démontrer. Mais le milieu dans lequel il intervient est un milieu très aisé, proche du pouvoir. Difficile pour lui, jeune inspecteur aux idées libérales d’obtenir des réponses à ses questions de la part de gens qui gardent tout pour eux par peur du scandale. Parallèlement à cela et à l’opposé pourrait-on dire, Victor enquête à ses heures perdues sur les meurtres de plusieurs prostituées. Il est choqué que leur sort n’intéresse pas les autorités mais lui-même ne s’investit dans cette affaire que parce que la prostituée qu’il fréquente lui a demandé d’intervenir. Les deux affaires sont complexes : d’un côté ce qu’une personne cherche à faire passer pour une possession chez des aristocrates à des fins inconnus et de l’autre, un tueur en série qui s’acharnent sur des femmes mise au banc de la société.
 
L’auteur décrit à merveille le Madrid de la fin du 19ème siècle ainsi que l’effervescence intellectuelle de cette époque. Par contre, j’ai trouvé que les personnages étaient trop tranchés et que, fatalement, les qualités du héros sonnent faux et ses méthodes pour résoudre l’enquête sont un peu trop en avance sur leur temps pour que l’ensemble n’apparaisse pas bancal.
 
De plus, Jerónimo Trístante a tendance à répéter les motivations de ses personnages. Par peur qu’on ait oublié les traits de caractères décrits vingt pages avant peut-être ? C’est assez pénible… Donc, globalement, je dirais que sur la base très classique d’un whodunit, l’auteur ne tente rien de nouveau et triture tellement ses intrigues pour arriver à leurs conclusions avec des rebondissements, je le concède, qu’il flirte avec les anachronismes.
 
Le roman policier est une horlogerie fine et là, on est vraiment dans un travail très grossier mais ça se laisse lire quand même !
 
Vous voulez en lire un extrait ?
littérature espagnole,roman policier,roman historique,Jerónimo Trístante

04 mai 2015

Pratique de lecture chez les people -158

potins,people,britney spears,pratique de lecture,musique
La chanteuse Britney Spears, qui a bien du mal à renouer avec le succès qu’elle a connu il y a plus de 10 ans, passe le temps en lisant :
 
 
Alors qu’elle est emprisonnée et séparée de son mari, Henry, un prince des enfers, Kate, une déesse immortelle, risque de perdre son enfant à naître. Le monde des mortels et des immortels sont en plein désarroi, Cronos, le prince des titans, démarre une guerre et ravage Athènes.
 
Ce livre est disponible en français.

14:42 Publié dans Paillettes | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : potins, people, britney spears, pratique de lecture, musique |

02 mai 2015

Ombre et lumière

design,livre,pop-up
Motion Silhouette est un album pop-up pour la jeunesse où, pour embellir l’histoire, on peut l’animer en utilisant une lampe-torche :
 
 
Ce livre a été par deux artistes, Megumi Kajiwara et Tatsuhiko Nijima.
 
Malheureusement, ce livre n’est pas encore édité…

11:36 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : design, livre, pop-up |

30 avril 2015

Le Prestige

littérature britannique,science-fiction,Christopher PriestLe Prestige de Christopher Priest paru en 2006 chez Folio.
 
Andrew Westley est journaliste. Il est envoyé enquêter sur une histoire de secte dans le nord de l’Angleterre. Cela s’avère être une fausse piste, Kate Angier est la personne qui souhaitait le rencontrer car elle a des choses à lui apprendre sur un de ses ancêtres, Alfred Borden et sur le sien, Rupert Angier.
 
À la fin du 19ème siècle, ces deux prestidigitateurs de talent sont acclamés par les foules. Ils étaient aussi de farouches ennemis et n’ont eu de cesse, tout au long de leur carrière, d’essayer de saboter les tours de l’autre. Cette rivalité repose d’abord sur deux conceptions de la magie différentes puis des drames vont alimenter leur haine sans merci.
 
Andrew Wesley, né Nicky Borden, a été adopté très jeune et ne se souvient pas de son enfance avant cela. Il est persuadé depuis toujours d’avoir un frère jumeau quelque part, il le ressent dans sa chair et dans son esprit. Kate l’a connu quand il était encore Nicky Borden alors qu’elle n’était guère plus âgée que lui et pourrait avoir des réponses quant à l’existence de ce jumeau qu’aucun registre officiel ne confirme. Andrew lit donc l’autobiographie de son ancêtre puis le journal de Rupert Angier où l’on découvre en même temps que lui leur lutte pour écraser l’autre en ayant le meilleur tour de magie. Pour cela, Rupert Angier dépense une fortune en faisant appel à Nikola Tesla.
 
Ce roman est époustouflant, il y a un grand soin apporté à la construction de la narration mais aussi aux personnages de Borden et Angier. L’histoire peut paraitre alambiquée dans les cent premières pages mais peu à peu, tout s’éclaire et l’attention se concentre sur l’intrigue qui arrive à son point d’orgue dans les derniers chapitres.
 
En découvrant le journal d’Angier après avoir lu celui – assez étrange de Borden – on comprend mieux les omissions de celui-ci mais aussi les malentendus qui ont alimentés leur inimitié. Ce roman évoque avec brio l’idée du double et de la quête d’identité.
 
Le côté science-fiction est très subtil et ce roman pourrait donc plaire à de nombreux lecteurs qui ne sont pas enclins habituellement à lire des romans de ce genre. L’auteur a reçu un prix pour ce roman – largement mérité.
 
Vous voulez en lire un extrait ?
littérature britannique,science-fiction,Christopher Priest
Ce roman a également fait l’objet d’une adaptation au cinéma en 2006 par Christopher Nolan dont voici la bande-annonce : 

Le Prestige
Le Prestige Bande-annonce VO

17:25 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature britannique, science-fiction, christopher priest |

27 avril 2015

Pratique de lecture chez les people -157

potins,people,Carly Rae Jepsen,pratique de lecture,musique
La chanteuse de “Call Me Baby”, Carly Rae Jepsen est à Roissy avec :
 
potins,people,Carly Rae Jepsen,pratique de lecture,musique
Cheryl Strayed, Wild: From Lost to Found on the Pacific Crest Trail.
 
À 22 ans, Cheryl Strayed pense avoir tout perdu: sa mère est décédée, sa famille est éparse sous le choc et son mariage a sombré. 4 ans plus tard, sans préparation, sur une impulsion, elle part en randonnée sur 1 000 miles soit 1 700 km du désert de Mojave jusqu’à l’état de Washington tout au nord de la côte ouest des États-Unis. Ce voyage sera l’occasion pour elle de se reconstruire et de se retrouver.
 
Ce livre est disponible en français.

11:18 Publié dans Paillettes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : potins, people, carly rae jepsen, pratique de lecture, musique |

25 avril 2015

Bibliothécaires musiciens

Ça a l’air d’un gag mais non, Dewey Decimal and the Librarians était bien un groupe de musique au début des années 60 dans le Minnesota.
bibliothécaire,musique
bibliothécaire,musique
Pour les néophytes, le nom de ce groupe peut être traduit par Classification Décimale Dewey et les Bibliothécaires.
 
 
La classification décimale Dewey ou, comme on l’appelle entre nous bibliothécaires, la Dewey (qui est à la fois le principe et le nom du livre qui contient les classes, les divisions et les sections) est un système de classification des livres selon leur contenu que l’on utilise en bibliothèque. Par exemple si vous cherchez des livres sur la psychologie, ce sera classé dans les 150, si vous vous intéressez aux mathématiques, vous trouverez les livres dans les 510 et si vous aimez l’art, la classe 700 est pour vous.
 
Si vous êtes curieux, plus d’infos ici sur la classification et une biographie sur le bibliothécaire (Melvil Dewey) qui l’a mise au point.

08:11 Publié dans Boulot boulot | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bibliothécaire, musique |