Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 janvier 2010

La Reine des lectrices

La Reine des lectrices.jpgLa Reine des lectrices de Alan Bennett paru en 2009 chez Denoël.

En Angleterre, la reine promène ses corgis – qu’elle adore mais dont les domestiques craignent les morsures – quand elle tombe sur le bibliobus de la commune de Westminster. Intriguée, elle monte à l’intérieur et rencontre le bibliothécaire ainsi qu’un commis de cuisine aux lectures éclectiques, Norman Saekins.

Par politesse plus que par intérêt pour la lecture, elle emprunte un roman qu’un auteur dont elle reconnaît le nom pour l’avoir anobli par le passé. Elle se décide à lire ce roman d’Ivy Compton-Burnett mais le trouve très ennuyeux. En le rapportant la semaine suivante, elle se sent obligée d’en reprendre un autre. Elle choisis alors La Poursuite de l’amour de Nancy Mitford car l’écrivain appartient à la noblesse (une des sœurs Mitford étant duchesse de Devonshire), c’est un monde qu’elle connaît bien. Cette lecture l’enthousiasme au point de promouvoir Norman Saekins, qui l’assistera désormais dans son choix de livres, se chargera de les rapporter et de les emprunter pour elle.

Elle passe ainsi d’un auteur à un autre, se préoccupant de moins en moins des charges que sa fonction implique et consacrant son moindre temps libre à dévorer des livres. Son entourage finit par s’inquiéter de cette passion qui lui paraît bien saugrenue. Son conseiller fera tout pour la dissuader de s’adonner à la lecture en intriguant dans son dos, les domestiques la pensent sénile et seuls les membres de sa famille proche sont soulagés de ne plus l’avoir constamment sur leur dos à se mêler de leurs histoires.

Elle tente de communiquer son goût de la lecture au premier ministre qu’elle rencontre au palais une fois par semaine mais celui-ci n’apprécie guère de devoir préparer des fiches de lecture en vue de ses visites hebdomadaires ! Voyant le peu d’enthousiasme que fait preuve son entourage et ne sachant pas avec qui partager ses découvertes littéraires depuis que Norman a été écarté du palais par le conseiller, elle décide d’écrire. Elle se met à noter des citations, des critiques, des réflexions que lui inspirent ses lectures. Mais son « hobby » si farfelu pour son entourage risque bien de mettre en péril la royauté en Grande-Bretagne…

Un roman impertinent et drolatique sur le pouvoir des livres et leurs facultés d’ouvrir des horizons inconnus et insoupçonnés à leurs lecteurs. La reine d’Alan Bennett change peu à peu, s’humanise grâce à ses lectures. L’auteur encense le pouvoir des livres à une époque où lire est devenu une occupation très secondaire voire facultative pour certains.
Her Majesty.jpg
Her Majesty de adav.

21:10 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature britannique, alan bennett |