Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 juin 2010

Les Deux vies de Charlotte Merryweather

Les deux vies de Charlotte Merryweather.jpgLes Deux vies de Charlotte Merryweather d’Alexandra Potter paru en 2010 chez Calmann-Lévy.

Charlotte, la narratrice, va avoir 32 ans et sa vie frise la perfection. Tout le monde le lui dit donc c’est que ça doit être vrai ! Elle a un travail qui est un défi permanent comme responsable d’une agence de relations publiques, a un très joli appartement divinement bien décoré, après des années de régimes et de sport, elle peut se permettre d’acheter des tenues de créateurs très élégantes et, cerise sur le cupcake, elle a un petit-ami parfait qui réussi dans l’immobilier.

Mais chaque médaille à son revers. Et là, la vie parfaite, l’est déjà beaucoup moins. En vérité, son travail la stresse tellement qu’elle en fait de l’eczéma et des allergies en tout genre. Elle n’a le temps de rien faire à part travailler comme une dingue pour pondre des communiqués de presse sur des shampoings antipelliculaire alors qu’elle rêvait d’être écrivain. Son appartement est, certes, parfait en apparence mais il est aussi accueillant qu’un bloc opératoire. Elle a un corps bien fait mais c’est en s’affamant continuellement. Elle a les moyens d’acheter des habits magnifiques mais n’a pas le temps de le faire. Et pour finir, son petit-ami si parfait en apparence est juste profondément ennuyeux.

Quelque chose cloche dans la vie de Charlotte mais c’est seulement en tombant par hasard sur une version plus jeune d’elle-même qu’elle va s’en rendre compte. La Charlotte de 32 ans décide alors de donner des conseils à la Charlotte de 22 : s’épiler les sourcils, arrêter de boire autant car cela fausse le jugement et on se retrouve au lit après avec des types odieux, manger équilibré, mettre de l’argent de côté, arrêter de faire des expériences vestimentaires hasardeuses, changer de coiffure et surtout ne pas user tout son capital solaire en se brûlant comme une tartine restée trop longtemps dans le grille-pain seulement protégée par de l’huile solaire pour peau mat alors qu’on a naturellement une peau aussi blanche qu’un lavabo.

Mais la Charlotte de 32 ans réalise alors que la Charlotte de 22 n’écoute absolument pas ses conseils, après tout, quand on a 22 ans, 32 ans, c’est presque grabataire ! La Charlotte de 22 ans semble être bien heureuse dans son appartement cradingue qu’elle partage avec des amis et que les kilos en trop emballés dans des tenues improbables n’entame en rien sa joie de vivre.

Une leçon de vie pour notre trentenaire stressée et sous-alimentée qui aura plus de répercussions sur son existence que ses nombreuses lectures de guides de développement personnel dont elle faisait une grande consommation jusque là !

Un roman vraiment très amusant où la chick lit’ se mâtine de science-fiction. C’est une vraie bouffée d’air frais que de renouer avec le ton si particulier de la chick lit’ anglaise.
Birthday Cake Cupcake.jpg
Birthday Cake Cupcake de clevercupcakes

13:49 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : littérature britannique, chick lit, alexandra potter |