Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 janvier 2013

Presse-people

littérature américaine,thriller,carl hiaasenPresse-people de Carl Hiaasen paru en 2012 chez Éditions des Deux terres.

Cherry Pye est une jeune pop star américaine sans aucun talent en dehors celui de savoir à peu près danser en rythme. Après un concert embarrassant où la jeune chanteuse, complètement défoncée, a montré ses fesses à son public qui l’a hué à cause de sa désastreuse performance scénique, son entourage, composé de sa mère (sa manager), de deux jumelles (ses attachés de presse) et de son producteur (un amateur de jeunes femmes à peine pubères) décident de l’envoyer en cure de désintox’ car Cherry doit être prête pour son comeback : un nouvel album et une série de concerts dont les billets se vendent très mal pour l’instant.

Pour protéger la réputation de Cherry auprès de son jeune public, une doublure a été engagée pour incarner la star quand celle-ci à la tête dans la cuvette des toilettes. Ann DeLusia est une jeune actrice au chômage et a accepté ce boulot ennuyeux à cause de la paie. Pas suffisamment payé pourtant quand elle est enlevée par un paparazzo, "Bang" Abbott qui l’a confondu avec Cherry. Malgré ce kidnapping raté, Abbott demande à l’entourage de Cherry un échange : Ann contre une journée passée avec Cherry où il l’a prendra en photo dans l’espoir de vendre les tirages au plus offrant quand celle-ci fera enfin son ultime overdose.

Mais le plan, déjà hasardeux à la base, se complique quand "Skink", l’ex-gouverneur de Floride toujours aussi cinglé mais attachant, vient au secours d’Ann qui l’a aidé à punir un promoteur immobilier bien décidé à saccager le littoral d’une partie des Keys pour y construire d’affreux immeubles.

Du côté de l’entourage du Cherry, son producteur engage un ex-taulard particulièrement repoussant et dont un des bras, sectionné par un barracuda affamé, a été remplacé par un taille-herbe (!) aussi efficace que terrifiant afin de la protéger d’elle-même.

Quelle joie de retrouver Carl Hiaasen au mieux de sa forme avec, en bonus, mon personnage préféré : le gouverneur ! Comme à son habitude, Hiaasen ne fait pas dans la légèreté et tape sur tout ce qui pourri sa Floride natale : la corruption, le saccage de la nature en y ajoutant un nouveau fléau, les célébrités qui hantent les rues de Miami et qui trouvent refuge à Star Island.

Lire un Hiaasen, c’est accepter de partir dans son délire, de se laisser emporter dans son univers mais une fois bien installé dedans, on est sûr d’une chose : on va bien rigoler ! Un roman parfait pour ceux qui adorent l’humour noir et dont les thèmes récurrents ne rebutent pas.

Non, sérieusement, je recommande vraiment cet auteur. Vous n’avez jamais lu quelque chose de similaire, Carl Hiaasen est unique et il faut absolument que les lecteurs francophones découvrent enfin cet auteur !

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,thriller,carl hiaasen

02:45 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, thriller, carl hiaasen |

26 décembre 2008

Chouette

Chouette.jpgChouette de Carl Hiaasen paru en 2005 chez Gallimard « Folio junior ».

Roy Eberhardt déménage du Montana vers la Floride et c’est un grand choc ! Il passe d’un climat rude dans des paysages montagneux à un climat subtropical dans une région plus que plate. Il a vraiment du mal à se faire à sa nouvelle vie, d’autant plus qu’un gros balourd de son école passe son temps à l’embêter dans le bus de ramassage scolaire. Roy ne fait pas le poids mais ne se laisse pas faire pour autant. C’est dans le bus, en essayant d’ignorer les quolibets de Dana et de sa clique qu’il remarque un garçon de son âge courrant pieds nus sur le trottoir et Roy se lance alors à sa poursuite. Ce garçon qui se présente sous le nom de « Doigt de mulet » est une sorte de Tom Sawyer moderne et essaye de lutter à lui tout seul contre la construction d’un restaurant d’une chaîne de fast-food. Sur le terrain de la future « Maison des Crêpes 100 % Américaines de Maman Paula » nichent des chouettes « des terriers », une espèce protégée. Roy décide de se joindre au combat de « Doigt de mulet » et de faire fermer le chantier.

J’aime : Carl Hiaasen est le romancier le plus écolo que je connaisse, il fait passer son message de façon toujours humoristique tout en donnant une magnifique description de la faune et de la flore floridienne. En le lisant, on n’a qu’une envie, y passer ses prochaines vacances mais attention, pas pour aller voir Mickey ! Car Hiaasen abhorre Disney. Non, y aller pour visiter des lieux moins connus de la Floride rurale et authentique que l’on retrouve dans ses romans.

J’aime pas : rien.

Un roman jeunesse d’un Carl Hiaasen au meilleur de sa forme, à conseiller aux enfants déjà bons lecteurs mais les adultes ont tout intérêt à mettre le nez dedans aussi car ça serait dommage de passer à côté d’un tel auteur.

25 octobre 2008

Comme un poison dans l’eau

Comme un poison dans l’eau.jpgComme un poison dans l’eau de Carl Hiaasen paru en 2007 chez Gallimard Jeunesse.

Le papa de Noah et Abbey est en prison pour la fêtes des pères… et pourtant, il a agit en héros : il a coulé un bateau-casino qui vide sa cuve de rétention des eaux usées dans la marina causant ainsi une marée « noire » qui polluent les plages environnantes. Le frère et la petite sœur vont tout faire pour réunir les preuves et les témoignages qui permettront de disculper leur farfelu de père mais cela ne va pas aller sans mal car l’argent coule à flot dans le sud de la Floride, suffisamment pour se payer des passe-droits et corrompre les autorités pour qu’elles ferment les yeux au bon moment !

J’aime : la sauvegarde de l’environnement, la dénonciation de la corruption causée par l’argent-roi sont des thèmes récurrents chez Carl Hiaasen. Si l’auteur adapte son écriture aux enfants (plus de 12 ans), il le fait sans concession et évite les niaiseries que l’on trouve parfois dans la littérature dite « jeunesse ».

J’aime pas : je trouve un certain manque de souffle au roman.

Au final, c’est un roman mineur de Carl Hiaasen.

26 juillet 2008

Croco-Deal

Croco-Deal.jpgCroco-Deal de Carl Hiaasen paru en 2008 chez Denoël « Thriller ».

Résumé de l’éditeur :

« Honey, militante écolo un brin siphonnée, a développé une sensibilité extrême aux enquiquineurs de tout poil. Lorsque dans la même journée elle perd son job à la poissonnerie du coin après avoir boxé son tripoteur de patron, Mr Piejack, et se retrouve harcelée en plein dîner par Boyd Shreave, un télémarketeur texan sans scrupule qui l'insulte copieusement au téléphone, le sang d'Honey ne fait qu'un tour. Bravant les réserves de son fils Fry et de son ex-mari Perry, elle entreprend de retrouver l'odieux casse-pieds et de lui infliger une bonne leçon. L'entêtement de la turbulente jeune femme finira par l'entraîner, elle et sa petite famille, dans un incroyable imbroglio. Au cœur de la Floride sauvage, dans le territoire inviolé des Mille îles, un pêle-mêle de succulents personnages viendra compliquer les affaires d'Honey. »

J’aime : ayant lu quasiment tous les livres de Hiaasen, c’est avec beaucoup d’impatience que j’attendais celui-là ! Je dois reconnaître que comme d’habitude, la description des personnages est enthousiasmante, ils sont souvent complètement cinglés, veules, manipulateurs et caractériels. On retrouve également ses thèmes favoris : la défense de l’environnement contre les bétonneurs, les profiteurs et les touristes pollueurs mais aussi une condamnation sans faille de la bêtise de certains de ses concitoyens surarmés et sous-éduqués.

J’aime pas : l’histoire sans relief. Si l’on approuve les actes d’Honey pour se débarrasser des gêneurs de tout acabit, on ne comprend pas clairement le propos de l’auteur. Ce roman est tellement brouillon que l’on croirait lire une version ratée d’un imitateur de Hiaasen. Espérons que le prochain sera à la hauteur des attentes des fans de plus en plus nombreux en France de cet exaltant écrivain.

10:36 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, roman policier, carl hiaasen |

21 février 2007

Polar écolo-rigolo

medium_Queue_de_poisson.2.jpgQueue de poisson de Carl Hiaasen paru en 2006 chez Denoël.

J’aime énormément Carl Hiaasen. Je me démène pour le faire connaître autour de moi malgré les difficultés à trouver tous ses ouvrages en poche. Après avoir donné à la bibliothèque un exemplaire de Jackpot, j’ai fait acheté son dernier roman que je viens de finir.

On y retrouve tout ce qui fait l’intérêt et le charme d’un roman de Hiaasen : une histoire policière qui sert de prétexte à dresser un portrait de la Floride et des Floridiens pas très reluisant.

Dans ce roman, le personnage principal est une femme, une femme avec du caractère (souvent le cas chez lui). Malheureusement, elle a épousé un looser qui trouve le moyen de la flanquer à la baille lors de lors de la croisière de leur second anniversaire de mariage. Joey se retrouve nue dans les eaux du Gulf Stream (ses vêtements ont été arrachés lors de l’impact dans l’eau) et ne doit sa survie qu’à un ballot de marijuana jamaïcaine qui lui sert de radeau. Son époux joue les veufs éplorés pendant que Joey est recueillie par un ex-flic qui vit en solitaire sur une île.

Toute la question du roman c’est pourquoi Chaz Perrone, docteur en biologie marine, a balancé sa femme dans l’eau. Certes, celle-ci est milliardaire mais il ne touchera rien car il y a un contrat prénuptial qui verrouille la fortune de Joey. Si celle-ci meurt tout ira à une fondation pour la sauvegarde de la nature. On peut alors penser que le mari l’a tué pour ça justement… Un biologiste travaillant dans les Everglades doit être sensibilisé à l’écologie, non ? Eh bien pas du tout ! Chaz est un homme a femme. Il est plus préoccupé par ses performances sexuelles que par la nature. D’ailleurs il déteste la nature. Patauger dans les Glades pour faire ses prélèvements est pour lui un vrai supplice, il a peur de se mouiller, peur des requins, peur des crocodiles, peur des moustiques… Ça, c’est juste pour la faune car la flore ne l’emballe pas des masses non plus. Ce biologiste roule en Hummer canari, ne recycle pas et a des connaissances plus que limités en biologie générale.

En fait, c’est un « biostitué », il travaille pour de grands groupes, genre des groupes cosmétiques où il est chargé de démontré l’innocuité des produits de beauté de la marque et le cas échant, témoigner au procès où la victime a des nodules qui lui ont poussé sur la figure que tout ceci n’est du qu’à elle mais absolument pas eu fard à joue, d’ailleurs, il suffit de regarder ses chiffres de test à lui (bien évidement bidouillé).

Là, Chaz est chargé de relever le taux de phosphates dans l’eau à proximité des fermes maraîchères appartenant à Red Hammernut. Red est du genre à arroser de bakchichs toutes les municipalités et tous les gouverneurs, quelque soit leur bord politique, juste pour pouvoir continuer à polluer peinard mais aussi à faire travailler ses ouvriers latinos comme des esclaves.

Bref, le roman est l’histoire d’une vengeance, celle de Joey qui veux absolument savoir pourquoi elle s’est retrouvé accrochée à un ballot de beuh le jour de son anniversaire de mariage !

Comme toujours chez Hiaasen, les seconds rôles sont extraordinaires. On y trouve de tout, des êtres vils et méprisables, des débiles profonds, des courageux, des excentriques mais tous ont un pont commun, ils sont dingues. Un critique a déclaré que Hiaasen était le troisième frère Coen, c’est amusant car justement, Hiaasen fait référence au film Fargo dans son roman. On y retrouve le même genre de loosers mais sous un climat plus tropical ! Hiaasen, à travers ses romans, s’échine à dénoncer la corruption, le trafic de drogue, la pollution, le bétonnage à tout-va des côtes floridiennes mais en utilisant toujours la comédie.

En France, il est peu connu, ce qui explique la valse d’éditeurs en poche, alors que chacun de ses romans est un best-seller partout ailleurs. Certes, comme dirait Sophie, c’est pas une indication de qualité… Je vous invite donc fortement à découvrir ses romans, tous ses romans. Certains personnages sont parfois récurrents comme Al Garcia, détective latino mais surtout, mon préféré, le Gouverneur ! Il s’agit d’un ex-gouverneur de Floride qui a pété un câble et qui décide de vivre en ermite dans les Everglades.

Il fait d’ailleurs une apparition dans Queue de poisson. Le gouverneur a démissionné après avoir vu que sa politique anti-corruption a été complètement désavouée et a donc décidé de jouer les vengeurs solitaires contre les touristes et/ou pollueurs en tout genre. Vous ne pouvez pas manquer de le reconnaître : c’est un homme dans la force de l’âge, très bronzé car tout le temps à crapahuter dehors, il porte un bonnet de douche, un collier de dents humaines, un œil de verre et un sourire de star hollywoodienne.

Voici la liste des romans :

L’Arme du crocodile (Tourist Season) paru en 1994 chez Denoël et en 1998 chez J’ai lu (épuisé). Y apparaît pour la première fois Al Garcia.

Pêche en eau trouble (Double Whammy) paru en 1998 chez Denoël, en 1999 chez Pocket (épuisé) et réédité 2004 par 10/18. Première apparition du Gouverneur.

Cousu main (Skin Tight) paru en 1991 chez Albin Michel et en 1993 chez Livre de Poche (épuisé). Avec Al Garcia et Mick Stranahan que l’on retrouvera plus tard dans Queue de poisson.

Miami Park (Native Tongue) paru en 1994 chez Albin Michel et en 1998 chez J’ai lu (épuisé)

Striptease (adapté en 1996 par Andrew Bergman avec Demi Moore) paru en 1999 chez J’ai lu. Avec Al Garcia.

De l’orage dans l’air (Stormy Weather) paru en 1999 chez Denoël et en 2000 chez Pocket (épuisé). Le premier que j’ai lu, mon préféré à ce jour. Avec le Gouverneur.

Jackpot (Lucky you) réédité en 2005 par 10/18.

Mal de chien (Sick Puppy) paru en 2001 chez Denoël et en 2003 par Pocket (épuisé). Avec le Gouverneur.

Fatal Song (Basket Case) paru en 2003 chez Denoël

Il a également écrit un essai :

La Souris aux dents longues paru en 2002 chez Buchet-Chastel contre l’empire Disney en général et Disneyworld en particulier.

On trouve aussi deux livres jeunesse que je n’ai pas lu :

Chouette paru en 2005 chez Folio Junior

Comme un poison dans l’eau paru en 2007 chez Gallimard Jeunesse

19:25 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : littérature américaine, roman policier, carl hiaasen |