Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 janvier 2013

La Malédiction

littérature américaine,roman fantastique,cinéma,David SeltzerLa Malédiction de David Seltzer paru en 2001 chez J’ai lu.

Robert Thorn et sa jeune épouse Katherine symbolisent l’aristocratie américaine par excellence. Ils sont riches, bien nés, beaux et la carrière professionnelle de Robert Thorn semble le destiner à devenir un jour président des États-Unis. Pourtant, ce tableau idyllique est terni par l’absence de progéniture dans ce couple.

Pour la troisième fois, Katherine est enceinte et Robert espère, pour la santé mentale de sa femme, que l’accouchement se passera bien et qu’il n’y aura plus de fausses couches. Le jour de l’accouchement, Robert arrive à l’hôpital de Rome en Italie, où la famille réside, pour apprendre que son fils est mort suite à un accident absurde (un morceau de pierre du plafond s’est décroché et l’a tué sur le coup) mais le prêtre, dans cet hôpital religieux, lui propose de cacher ce fait à Katherine et d’adopter un enfant en bonne santé dont la mère est décédée en couches. Accablé de chagrin mais redoutant les conséquences de la perte de l’enfant pour Katherine, Robert accepte le marché.

Quelques années plus tard, l’enfant prénommé Damien a 4 ans. Les Thorn vivent en Angleterre où Robert est ambassadeur. Lors de la fête d’anniversaire de l’enfant, la nounou du garçon se suicide devant un parterre d’invités médusés. Un photographe sur place, Jennings, qui couvre l’évènement, découvre plus tard une forme étrange qui apparaît sur les photos où figure la nounou. Ne comprenant pas trop de quoi il s’agit et mettant cela sur le compte d’une exposition de la pellicule à la lumière, il continu son travail de paparazzo et photographie régulièrement les Thorn et ceux qui les approchent.

Un jour, en développant une nouvelle pellicule, il découvre un halo semblable à celui de la nounou au-dessus du visage d’un homme qui s’avèrera être le père Brennan. Celui-ci, pour racheter sa conscience, tient absolument à prévenir Thorn que son fils n’est pas l’enfant charmant quoique taciturne qu’il semble être mais est l’Antéchrist.

Révolté par les propos du prêtre, Thorn, aidé de Jennings, finit par découvrir la vérité et malgré ses réticences, va essayer d’accomplir ce que l’on attend de lui : éliminer le fils du Diable.

Ce roman fantastique a été écrit par le scénariste du film et est sorti quelques mois avant sa sortie en salle pour créer le « buzz ». Même s’il s’agit d’une novelisation et que l’intrigue est totalement similaire au film (d’après mes maigres souvenirs) sorti en 1976.

Voici la bande-annonce de ce film :
 
Ce roman n’en demeure pas moins vraiment effrayant même-ci certains points manquent d’explications. Par exemple, je n’ai pas compris si le complot pour faire revenir l’Antéchrist sur Terre est le fait de satanistes ou parce que, selon l’Apocalypse selon Saint-Jean, la venue de l’Antéchrist sera suivie du retour du Christ sur Terre.

Donc malgré quelques incohérences somme toutes assez mineures, j’ai bien flippé avec ce roman même si je ne m’explique pas vraiment pourquoi il m’a fait suffisamment d’effet pour devoir dormir plusieurs nuits de suite avec la radio allumée !

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,roman fantastique,cinéma,David Seltzer

01:35 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : littérature américaine, roman fantastique, cinéma, david seltzer |