Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 novembre 2016

Le Monstre de Florence

documentaire,Mario Spezi,douglas prestonLe Monstre de Florence de Douglas Preston et Mario Spezi paru en 2010 chez L’Archipel (existe aussi en poche).
 
Florence… Ses palais Renaissance, ses œuvres des plus grands artistes italiens, sa campagne toscane et… son monstre.
 
De 1974 à 1985, un tueur en série sévit dans les collines autour de Florence. Ses cibles ? Les jeunes couples qui batifolent dans leur voiture la nuit lors des week-ends estivaux. Son mode opératoire ? Il abat l’homme au pistolet puis la femme, il s’acharne ensuite sur le corps de celle-ci. Le coupable ? Jamais arrêté. Par contre, ce ne sont pas les suspects qui ont manqué ! Car en plus de ce drame horrible, cette affaire cache un autre drame, et un autre encore comme les fameuses poupées russes. La justice italienne, tellement pressée de conclure cette affaire, a suivi toutes les pistes même les plus abracadantesques, même celles qui sont infirmés par les maigres preuves récoltées à l’époque. C’est bien simple, tout le monde a été suspecté à un moment ou à un autre à Florence. C’est ce qui est arrivé à Douglas Preston et Mario Spezi…
 
Dans les années 2000, l’auteur à succès, Douglas Preston, décide d’écrire un thriller qui a pour cadre Florence. Il s’y rend donc avec femme et enfants et rencontre Mario Spezi, un journaliste qui a couverts les faits divers pendant longtemps. Celui-ci se met à lui raconter l’histoire du Monstre de Florence qui tué un couple pas loin de là où habite Preston. Douglas Preston est rapidement fasciné par l’affaire et avec Spezi, il décide d’écrire un article pour le New Yorker.
 
Ils reprennent donc tout depuis le début et pensent avoir trouvé le coupable. Sauf, qu’à ce moment-là, l’affaire est toujours en cours et les policiers, les juges d’instruction qui enquêtent sont partis dans une direction complètement opposée à la leur. Au lieu de se baser sur les preuves pour trouver le coupable, ils ont des coupables et tordent les preuves dans tous les sens pour que celles-ci confirment leurs dires. Ils sont également aiguillés dans leur enquête par une illuminée romaine qui voit dans cette histoire un complot satanique qui implique tellement de personne que bientôt Mario Spezi est devenu le principal suspect et est envoyé en préventive. Douglas Preston est, quant à lui, soupçonné de complicité et de faux-témoignage ! Pour se sortir de ce guêpier judiciaire, il leur aura fallu beaucoup d’opiniâtreté et de courage. Ce livre est le récit de leur enquête et de leurs multiples déboires avec la justice italienne.
 
Ce documentaire ce lit comme un roman, il n’y a pas de temps mort ! On commence par l’histoire de Spezi, qui a couvert pour son journal les crimes du Monstre dès le début. Puis on arrive au récit de Preston et leur enquête. C’est passionnant, édifiant et effrayant. Les meurtres sont atroces, pas de doute là-dessus mais l’hystérie judiciaire qui a suivi fait froid dans le dos. Des innocents sont envoyés en prison, des réputations sont salies par les insinuations des uns et des autres. L’histoire du Monstre a inspiré Thomas Harris pour la suite du Silence des agneaux, certains lieux de la ville ont servi de cadre au tournage du film Hannibal de Ridley Scott.
 
Mais près de 50 ans après les meurtres, cette affaire hante toujours les habitants de Florence et il est fort probable que, contrairement à un roman, on ne sera jamais sûr à 100% si la théorie de Preston et Spezi est exacte même si c’est la plus probable au regard des preuves matériels et du profil établi par la FBI…
 
Mon premier « True Crime », genre littéraire qui n’a pas encore de traduction en français du fait du peu de public en France pour ce type d’ouvrage, c’est très instructif et passionnant. Le sujet est, certes, difficile car on est dans la réalité et plus la fiction et on ne peut s’empêcher de penser avec émotion aux victimes et à leurs proches, mais l’enquête des auteurs tient haleine le lecteur autant que le ferait un bon thriller je pense…
 
Vous voulez en lire un extrait ?
documentaire,Mario Spezi,douglas preston

08:59 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : documentaire, mario spezi, douglas preston |

15 août 2015

Cauchemar génétique

littérature américaine,thriller,douglas preston,Lincoln ChildCauchemar génétique de Douglas Preston et Lincoln Child paru en 2014 chez J’ai lu.
 
Guy Carson est microbiologiste et travaille pour GeneDyne, une entreprise de biotechnologie. Il est envoyé dans le désert du Nouveau-Mexique pour remplacer Franklin Burt qui a dû quitter son poste pour raisons de santé. Au Mont Dragon, là où se trouve le labo de pointe de GeneDyne, Carson va plancher sur le virus de la grippe afin de le modifier génétiquement pour créer un vaccin définitif à cette maladie.
 
Mais les choses ne se passe pas comme prévue car ce qui devait être une tâche assez simple s’avère, pour des raisons que Carson ignore, beaucoup plus compliquée que prévu. Le virus de la grippe modifié qu’il met au point est un virus extrêmement mortel !
 
J’ai lu avec plaisir ce roman, étant fan de techno thriller. Malheureusement, celui-ci a un peu vieilli car les techniques présentées comme super innovantes dans le roman, sont devenues notre quotidien aujourd’hui…
 
Les personnages sont esquissés à grands traits mais comme le suspense est au rendez-vous, on ferme volontiers les yeux sur ces défauts.
 
Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,thriller,douglas preston,Lincoln Child

00:38 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, thriller, douglas preston, lincoln child |

03 novembre 2012

Impact

littérature américaine,thriller,douglas prestonImpact de Douglas Preston paru en 2011 chez L’Archipel (aussi disponible en poche).

Abby Shaw est une jeune femme de 20 ans, très brillante, elle a pourtant été renvoyée de Princeton car elle passait plus de temps à suivre des cours d’astronomie que sa prépa-médecine pour laquelle elle avait obtenu une bourse.

De retour dans le Maine, chez son père, travaillant comme serveuse dans le « diner » local, elle va un soir, avec son amie Jacky, observer les étoiles quand elle assiste à ce qui semble être la chute d’un météore. Grâce à la photo prise par son télescope, Abby est en mesure d’extrapoler le lieu de l’impact et les deux jeunes femmes emprunte le bateau du père d’Abby, pêcheur de homards, pour partir à la recherche de la météorite et la vendre une fois qu’elles auront mis la main dessus.

Peu de temps après l’impact du Maine, Wyman Ford est envoyé au Cambodge pour remonter la filière de pierres précieuses très à la mode depuis peu de temps mais qui se trouvent être hautement radioactives et qui condamnent quiconque qui s’en ornerait à la mort certaine. En arrivant sur place, il découvre une mine, situé dans un cratère qui pourrait être causé par la chute d’un météore.

Pendant ce temps, Mark Corso a repris les recherches de son professeur assassiné chez lui. Ce professeur s’intéressait à l’émission de rayons gamma en provenance de Mars. Après avoir travaillé de longues heures sur les données volées par le professeur avant sa mort, Corso fait une découverte stupéfiante qui conduira à son renvoi de la mission Mars. Tous ces évènements ont un point commun que les protagonistes vont découvrir à leurs risques et périls.

Me voilà de nouveau avec une histoire où le personnage principal est Wyman Ford ! Vue ma précédente expérience dans les romans solos de Douglas Preston, j’envisageais le pire. J’avoue que je suis agréablement surprise. Attention, c’est pas le thriller de l’année, non plus ! L’intrigue est plutôt tirée par les cheveux mais je me suis prise au jeu et je reconnais que la personnalité de la jeune Abby Shaw y est pour beaucoup.

Sinon, l’intrigue est menée tambour battant, ça va très vite, effet accentué par des chapitres courts et des rebondissements de fin de page. C’est très correct mais il ne faut pas en demander plus. C’est juste un roman divertissant mêlant thriller et sciences.

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,thriller,douglas preston

22:06 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, thriller, douglas preston |

29 septembre 2012

Credo

littérature américaine,thriller,Douglas PrestonCredo : le dernier secret de Douglas Preston paru en 2009 chez L’Archipel (aussi disponible en poche).

Dans l’Arizona, au cœur de la réserve navajo, se trouve Isabella, un accélérateur de particules. Mais à Washington, on ne comprend pas pourquoi le projet n’est toujours pas lancé. Isabella est un projet que le Président a soutenu de tout son poids et comme il est en campagne en vue de sa réélection, des avancées dans ce programme qui a coûté la bagatelle de 40 milliards de dollars seraient un plus bien appréciable.

Pour comprendre ce qui se passe en Arizona, le conseiller scientifique du Président recrute un homme, un ancien de la CIA qui a deux atouts pour cette mission, le premier, il est anthropologue, familier de la culture navajo et sa couverture serait d’établir un dialogue avec les populations locales hostiles à Isabella. Le deuxième point, c’est qu’il a fréquenté autrefois une des scientifiques du projet et pourra donc savoir ce qui retarde tant le lancement de l’accélérateur. Wyman Ford est donc envoyé sur place et découvre vite que l’équipe cache un grand secret.

Du côté de Washington, un télé-évangéliste s’empare du sujet et profite d’Isabella pour retrouver sa popularité perdue après une sordide affaire de mœurs. Pour cet homme, le projet Isabella va à l’encontre du dogme chrétien puisque les scientifiques veulent découvrir comment est né l’univers.

Entre ce secret qui ronge l’équipe de scientifiques et l’influence de ce télé-évangéliste, la situation devient vite explosive.

L’auteur évoque dans ce roman les peurs des fondamentalistes religieux envers la science, c’est intéressant mais pas suffisamment pour considérer ce roman comme une réussite. Plusieurs points négatifs ont gâché cette lecture, notamment un plan mal construit qui conduit Preston à se répéter, la psychologie des personnages est à peine esquissée et le tout baigne dans un prêchi-prêcha métaphysico-religieux  à deux balles.

J’ai grandement préféré l’auteur quand il travaille avec son comparse, Lee Child dans La Chambre des curiosités et je ne retiendrais pas grand-chose de Credo, hormis qu’il se lit très rapidement…

Vous voulez en lire un extrait ?
littérature américaine,thriller,Douglas Preston

06:51 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, thriller, douglas preston |