Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 mai 2016

La Ferme des animaux

littérature britannique,fantasy,George OrwellLa Ferme des animaux de George Orwell paru en 1984 chez Folio.
 
Je me suis rendue compte que je n’avais jamais lu La Ferme des animaux d’Orwell en lisant l’interview d’une réfugié nord-coréenne, c’est un sujet qui m’intéresse tout particulièrement en ce moment. Yeonmi Park déclare « Lire La Ferme des animaux m’a libérée de l’emprise de la dictature sur mes opinions. J’y ai retrouvé toutes les techniques utilisées par le régime pour contrôler la population – tout était dans le livre. Avant ce bouquin, j’étais persuadée que tout ce qui était étranger au régime ne pouvait qu’être maléfique ». Ce témoignage m’a marquée et à mon tour, je me suis plongée dans cette satire politique animalière.
 
Un cochon très âgé prédit qu’un jour la révolution aura lieu et que les animaux domineront le monde en partageant entre eux le fruit de leur labeur. L’occasion de faire la révolution se présente plus tôt que prévu. Ivre, le fermier a oublié de nourrir les animaux qui se rebellent et le chassent de la ferme.
 
Au début, les animaux s’organisent en comités, les décisions étant voté collégialement. Mais des dissensions apparaissent entre les deux cochons, Boule de Neige et Napoléon. Un jour, Napoléon évince Boule de Neige en le chassant grâce à des molosses qu’il a élevé en secret. Il prend alors le pouvoir et décrète que Boule de Neige est un traître et que quiconque s’oppose à lui, sera exécuté.
 
Petit à petit, la vie se durcit pour les animaux de la ferme, hormis pour les cochons, qui finissent par quitter l’étable pour habiter dans la maison des fermiers, commencent à pratiquer le négoce et à traiter les autres animaux comme des esclaves. Napoléon finit par pervertir totalement l’esprit de l’animalisme, la théorie philosophique inspirée au départ par Sage l’Ancien, le cochon âgé.
 
Le roman est bien sûr une critique du stalinisme si on le replace dans son contexte historique. Mais je comprends pourquoi Yeonmi a été touchée par cette lecture car on y retrouve tous les pires travers d’un régime totalitaire. C’est pourquoi, ce roman est – malheureusement – toujours d’actualité et un classique intemporel.
 
Vous voulez en lire un extrait ?
littérature britannique,fantasy,George Orwell

22:55 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature britannique, fantasy, george orwell |