Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 avril 2009

Il tague, il graff, il pratique l’art urbain…

Cher lecteur et/ou chère lectrice, je prend la liberté de m’adresser directement à toi pour te parler d’un livre révolutionnaire qui va éventuellement changer ta vie (oui, rien que ça !).
 
Tu as peut-être à la maison ou dans ton entourage proche un élevage d’ados. Tu auras remarqué, comme moi, que chez cette espèce si particulière, certains spécimens aiment particulièrement gribouiller dans les marges de leurs cahiers voire même, carrément sur leurs exercices de mathématiques (cela dit, faut reconnaître que y’a qu’à l’école qu’on a besoin de savoir que (a + b)² = a² + 2ab + b², etc. – j’assume ma complète mauvaise foi, j’ai détesté les cours de maths pendant quasiment toute ma scolarité !).
 
Donc ces "djeuns", comme on les appelle aussi, sont souvent vêtus d’oripeaux reconnaissables : casquette et/ou bandana (ça doit pas s’appeler comme ça pour eux…), vêtements très très amples style baggy (le genre de vêtement où tu peux en mettre deux ou trois de l’espèce dedans sans les déformer !), des baskets qui ont la classe et l’élégance de chaussures de skis (mais en plus basses) et très fréquemment, du fait de la taille ultra XXXXXL du pantalon, une vue imprenable sur leurs sous-vêtements quand ce n’est pas le postérieur (certes couvert dudit sous-vêtement) qui est, à dessein, offert au regard.
 
Bref, ce "djeun" aime gribouiller son nom ou son pseudo poétique qu’il s’est choisi sur presque toutes les surfaces disponibles.

C’est pourquoi ce livre est révolutionnaire, il permet à ce spécimen si pittoresque de taguer, de dessiner des graffitis sans craindre d’être coursé par la Ferroviaire pour avoir couvert de couleurs bariolées un wagon de banlieue et te permet à toi, cher lecteur et/ou chère lectrice, de ne pas aller chercher ta progéniture si rebelle au commissariat pour cause de « destruction, de dégradation ou de détérioration volontaire d'un bien appartenant à autrui ».

Pour une somme modique, tu peux laisser ton "djeun" taguer les rues, véhicules ou mobilier urbain de New York (la grande classe !) et cela, en toute sécurité…
Walls Notebook-01.jpg
Sherwood Forlee, Walls Notebook.
Walls Notebook-02.jpg
Walls Notebook-03.jpg
Walls Notebook-04.jpg
Vu le prix, tu peux peut-être t’en prendre un pour toi… après tout, les tags et autres graffiti s’exposent désormais !
 
Pour t’entraîner au boulot, il existe un site Internet. Tu choisis ton support, ton feutre, ta couleur, tu laisses ta créativité s’épanouir et tu envois le résultat à tes amis ! Si tu souhaites te lancer, c’est ici.

12:05 Publié dans Art | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre, graffiti |

26 juin 2008

L'énigme de la porte

Un matin, en arrivant à la bibliothèque, j'ai remarqué ça :
P1020308-4.jpg
Oui, vous vous dites, activant votre mode ironique, « Ouah ! Un tag sur un bâtiment public ! Mais que c'est inattendu !?!?! ». Et ce n'est pas faux... pourtant, reconnaissez que celui-ci est assez particulier !
Ce n'est que quelques heures plus tard, que j'ai enfin compris la signification de cette inscription.
1 Jean 2 : 15 signifie Première Épître de Jean chapitre 2 verset 15 dans le Nouveau Testament et voilà ce que ça dit : « N'aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est point en lui ».
Bon, faut reconnaître que c'est pas super clair mais c'est la première fois que je tombe sur un tag chrétien !

19:23 Publié dans Boulot boulot | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : graffiti, bibliothèque |

22 avril 2007

Sans commentaire...

Vu rue Amelot dans le 11ème arrondissement à Paris.

medium_Tag.JPG

20:25 Publié dans Moi je moi-même | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : graffiti, nicolas sarkozy |

07 juin 2006

Art

medium_31-05-06_1051.7.jpg

18:00 Publié dans Moi je moi-même | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : graffiti |