Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 mai 2007

Bombe atomique

medium_Reveillez_le_President.jpgRéveillez le Président ! de Jean-Hugues Oppel paru en 2007 chez Rivages « Thriller ».

Je viens enfin de terminer ce roman que j’attendais depuis plusieurs mois, en fait, depuis que Oppel est venu en personne nous parler de son travail. Il devait nous envoyer un exemplaire dédicacé. Ce qu’il a fait dès que le roman est sorti en février mais malheureusement, il l’a dédicacé à Monique qui a décidé d’un commun accord avec elle-même que puisque le roman portait son nom sur la page de garde c’est donc qu’il était à elle. Elle ne l’a prêté à personne et le livre est resté sur son bureau pendant des jours sans qu’on sache si elle l’avait seulement ouvert plus loin que la fameuse page de garde.

Et nous, les fans d’Oppel, notamment Sophie (grande lectrice de polars français) mais aussi Valérie (de la section jeunesse), on peut se brosser. C’est d’autant plus injuste que c’est Sophie et Valérie qui ont eu l’idée et ont organisé la rencontre avec l’auteur en novembre de l’année dernière. Il a donc fallu acheter un exemplaire qui est arrivé un peu tard dans le calendrier électoral. Car comme dans son précédent roman French tabloïds, il brosse un tableau du monde politique français.

L’histoire commence ainsi, les américains apprennent grâce au système d’écoute Échelon que la France vient d’entrer en alerte Rouge, c'est-à-dire, en alerte nucléaire. Les inquiétudes fusent au Pentagone : qui menace la France ? Très vite, ils comprennent qu’aucun pays du monde ne se prépare à vaporiser la France. C’est donc que celle-ci va attaquer quelqu’un…

En France, toutes les forces nucléaires sont sur le pied de guerre : les avions crament du kérosène au sol en attendant les ordres, les sous-marins (le peu qu’on a ! Rappelez-vous cette polémique débile sur « On en a tant. » « Non ! La nigaude a tort, y’en a tant ! » et en fait aucun des deux n’avaient raison…), donc les sous-marins sous-marinent dans des lieux maritimes stratégiques, le porte-avion, ben, il porte-avionne comme il se doit et le PC (Poste de commandement) de Taverny se transforme en lieu retranché. Tout ce petit monde attend les ordres qui tardent à venir, ordres qui ne peuvent venir que du Président ou à défaut, du Président du Sénat.

Oui mais voilà, le Président est introuvable… Aurait-il pressé le fameux bouton rouge pris de démence sénile ? Mais le Président est dans les choux : une attaque cérébrale. Donc personne ne sait pourquoi ou par qui l’alerte s’est déclenchée. Le président du Sénat ne peut l’arrêter, son mot de passe ne fonctionne pas. Et oui car tout ce bastringue fonctionne par informatique. Des spécialistes sont dépêchés en urgence dans le bunker sous l'Élysée mais ne peuvent rien faire ou si peu. Alors commence le compte à rebours et la tension monte : un bug ou un virus ?

Jean-Hugues Oppel excelle à rendre plausible chaque détail, il décrit tout cela comme s’il était accrédité secret défense. De plus, chaque passage important de l’action est précédé d’une sorte d’historique de la boulette militaire, le genre de boulette qui pourrait déclencher des guerres mondiales. C’est donc un très bon thriller politique à la française et l’adjectif a son importance car Oppel aborde ce monde paranoïaque à souhait avec beaucoup d’ironie et de cynisme. Cela donne un roman réaliste où l’on reconnaît les protagonistes de la scène politique actuelle (du moins pré-élection présidentielle) :

« Madame le ministre de la Défense reporte son attention sur ses deux visiteurs. Derrière ses lunettes, le regard s’est encore durci – si la chose était possible. On murmure qu’à l‘état-major, la crème des officiers supérieurs lui invente chaque jour de nouveaux surnoms charmants. Sans imagination, celui de la "Dame de Fer" a été remis au goût du jour peu après sa nomination au poste. D’autres, à faire rougir un cul de babouin, valent le paiement d’une tournée générale au mess en cas de divulgation intempestive. »

« – Il devait s’envoler pour Beyrouth ce matin. La situation retarde son départ. Personnellement, je ne m’en plains pas, il gagne une occasion de se taire. Je préférais quand il était à la Santé… je parle du ministère, tu l’avais compris !
– Remarque, grâce à lui, depuis qu’il est aux Affaires étrangères, j’ai compris que n’importe qui peut occuper n’importe quel fauteuil de ministre sans exercer une quelconque profession en relation avec l’intitulé dudit ministère du moment qu’il a fait l’ENA ou un truc approchant. »

Mais cela permet aussi à Oppel de rappeler que l’arme atomique est sans doute la pire chose que l’homme ai jamais inventé, sujet d’actualité également quand on voit certains pays trépigner pour avoir aussi leur joujou atomique comme leur petits camarades de la cour de récré.

« Le rayonnement atomique proprement (façon de parler) dit endommage gravement tous les équipements électroniques dans un premier temps, rendant parfois impossible de regarder ses émissions de téléréalité favorites ou d’écouter des rires et des chansons à la radio, et perturbe les organismes fragiles tels que les vieilles personnes et enfants en bas âges, qui doivent éviter de sortir dehors pendant la guerre nucléaire, sauf nécessité absolue (aller chercher le pain à la boulangerie du coin ou le mandat de sa pension au bureau de poste ne sont pas des nécessités absolues). Dans un second temps à brève échéance, le rayonnement atomique empoisonne l’existence au sens strict du terme, et pour longtemps. Pour mémoire, les vieilles bombes A utilisent de l’uranium 235 ou du plutonium 239 qui mettent respectivement entre 24 000 et plus de 700 millions d’années à perdre la moitié de leur radioactivité. Durant tout ce temps, il est extrêmement difficile d’avoir des récoltes de céréales dignes de ce nom, de boire l’eau qui ne brille pas la nuit à travers vos intestins, d’éviter les cancers d’à peu près toutes les parties du corps humain et les malformations génétiques (la  peur de se faire attaquer au coin du bois par des hérissons taille Godzilla relèverait de la pure science-fiction). Le seul avantage des survivants de l’explosion initiale est de pouvoir aller passer ses vacances d’été à Tchernobyl en tongs sans protection particulière, sinon une crème solaire écran total parfaitement inutile à cause des nuages de poussières et de fumées toxiques obscurcissant le ciel pour un bon moment. »

Et la cerise sur le gâteau : Oppel avait prédit à sa manière le résultat aux présidentielles 2007…

00:20 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : littérature française, thriller, jean-hugues oppel |

11 juin 2006

Polar à lire

medium_French_tabloids.2.jpgIl fait beau, certains pensent déjà très fort aux vacances et à leur lecture sur la plage, et pourquoi pas un polar ? Celui-ci par exemple : French tabloïds de Jean-Hugues Oppel paru en 2005 chez Rivages "Thriller".

L'intrigue principale tourne autour de trois consultants qui ont un an, de mars 2001 à avril 2002 pour préparer les élections présidentielles et pour être sûrs que leur candidat, leur « Champion » soit réélu. Cela se passe en France et donne une explication à la présence d'un candidat d'extrême droite (nommé le « Tribun » dans le livre) au second tour des élections. Ou comment manipuler l'opinion publique pour la forcer à voter selon les attentes de certains...

Livre à déconseiller aux allergiques aux théories de complots !

00:50 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature française, thriller, jean-hugues oppel |