Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 février 2008

Le Chant de la Mission

ad6c1e598638f39e065ae9b045d0a026.jpgLe Chant de la Mission de John Le Carré paru en 2007 au Seuil.

Le zèbre de ce roman, c’est Bruno Salvador dit Salvo, enfant secret d’un missionnaire catholique irlandais et d’une villageoise congolaise. Salvo a un don pour les langues, pour leur sonorité, leur chant et en dehors de l’anglais, du swahili et du français, il parle de nombreuses langues d’Afrique Équatoriale.

En Angleterre, marié à une journaliste de tabloïd, il est donc tout naturellement devenu interprète. Interprète à l’hôpital, au poste de police, pour des entreprises privées mais aussi et surtout, pour l’État. Il vit à Londres, dans le Londres méfiant et xénophobe post-attentat en 2005. Salvo n’est pas heureux en mariage, sa femme – blanche – l’a épousé pour de mauvaises raisons, pour se rebeller contre sa famille. Avec elle, il se sent très anglais mais c’est sa part congolaise que sa maîtresse, Hannah, infirmière à l’hôpital et originaire également du Kivu, fait ressortir.

Son travail pour l’État amène Salvo à participer à une opération organisé par un « Syndicat anonyme » dont le but est de déclencher un soulèvement au Congo avec l’aide deux chefs de guerre, d’un riche entrepreneur de Bukavu et d’un homme providentiel qui s’impatiente de parvenir au pouvoir par les moyens réguliers. Le syndicat avance les capitaux, provenant d’hommes d’affaires occidentaux, en échange de quoi il s’octroie une partie des richesses du pays : or, diamant, uranium, pétrole et coltan indispensable au fonctionnement de nos nombreux appareils électroniques comme les téléphones portables ou les consoles de jeu !

Mais Salvo a des valeurs et, avec Hannah, il va tenter de faire échouer ce putsch pour que le Congo qu’il aime tant ne se retrouve pas, encore une fois, pris dans la tourmente des massacres.

Un très bon roman de politique fiction bien écrit et à l'humour grinçant mais aussi très inquiétant… Au point de se demander si c’est vraiment de la fiction.

14:20 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature britannique, john le carré |