Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 avril 2008

Ralph’s Party

2060221462.jpgRalph’s Party de Lisa Jewell paru en 2007 chez LGF « Le Livre de Poche ».

Imaginez une maison victorienne à Londres. Une maison partagée en trois appartements. Au rez-de-chaussée, habitent deux copains de lycée, Smith et Ralph. Au premier étage, Siobhan et Karl. Et au dernier étage, Cerise.

Smith et Ralph recherchent un nouveau colocataire. C’est Jemina qui sera retenue pour loger dans la chambre supplémentaire de leur appartement. Mais Jemina, n’est pas vraiment là par hasard, elle est persuadée que l’amour de sa vie vit dans cette maison. Elle en a rêvé tant de fois qu’elle y voit une prémonition. Problème : qui est l’heureux élu ? Smith ou Ralph ? Elle se décide finalement pour Smith. Celui-ci est désespérément amoureux de Cerise, la fille du dernier étage et pense que Cerise, le voyant « en main » va accourir dans ses bras. Et puis, ça fait plus de 5 ans qu’il n’a pas eu de copine, trop obnubilé par sa passion sans retour pour elle, alors Jemina est un bon pis-aller. Sauf que Ralph tombe amoureux de Jemina qui le requinque suffisamment pour reprendre sa carrière d’artiste peintre qu’il avait mis de côté depuis sa sortie de l’école des Beaux-arts.

Au premier, Siobhan est déprimée. Elle s’interroge sur son mariage, végète et prend du poids. Elle se dégoûte elle-même, ne sent affreuse, ne supporte plus que son mari la touche alors qu’il est toujours fou amoureux d’elle. Mais cet amour n’empêche pas Karl de coucher avec Cerise, une vraie mangeuse d’homme. Siobhan lors d’un week-end où elle accompagne son mari hors de Londres, flirte avec le boss de celui-ci et reprend peu à peu confiance en elle. Oui, elle est toujours séduisante, même avec ses kilos en trop. A son retour, elle apprend l’incartade de son mari et quitte le domicile conjugal. Karl est animateur radio, complètement abattu par ce départ, pète un câble et s’épanche en direct dans son émission…

Bref, je vais m’arrêter là, c’est du vaudeville façon chick lit’.

J’ai pas trop accroché ce roman, j’ai trouvé les situations grotesques, pas vraiment drôles et les personnages assez débiles.

15:44 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : littérature britannique, chick lit, lisa jewell |