Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 avril 2010

Enterrez-moi sous le carrelage

Enterrez-moi sous le carrelage.jpgEnterrez-moi sous le carrelage de Pavel Sanaïev paru en 2009 chez Les Allusifs Éditions.

Sacha est un petit garçon souffreteux et rachitique qui vit à Moscou chez ses grands-parents. Sa grand-mère s’occupe beaucoup de lui et craint toujours qu’il lui arrive quelque chose. Sacha n’a pas le droit de jouer dehors, doit manger selon un régime spécial, ingurgite des quantités astronomiques de remèdes homéopathiques ou de phytothérapie, passe ses vacances en cure, va très rarement à l’école et les rares fois où il s’y rend, ne peut pas jouer avec ses camarades dans la cour de récréation. La grand-mère couve Sacha d’un amour exclusif et jaloux, l’ayant soustrait à sa mère car elle considère qu’une traînée comme elle ne peut pas le soigner correctement.

Sacha se retrouve donc pris au piège entre sa grand-mère qui lui fait peur mais pour qui il a tout de même de l’affection et sa mère qu’il aime éperdument bien que la grand-mère fasse tout pour rabaisser sa mère à ses yeux. Sacha étouffe dans cet environnement mais cela fait parti de son quotidien. Il s’y est habitué comme il s’est habitué aux propos injurieux et aux grossièretés que tient sa grand-mère à son égard.

Sacha raconte son histoire dans ce roman en une succession de petits récits qui sont comme autant de petits morceaux d’évènements qui ont marqué sa mémoire. On découvre peu à peu pourquoi la grand-mère a un comportement qui passe de la plus complète méchanceté à l’attention presque maternelle en quelques minutes. À l’image de la grand-mère, ce roman oscille entre la comédie et le drame. L’histoire est intense et, par petites touches, le passé soigneusement enfoui des personnages ainsi que leurs relations complexes se révèlent au lecteur.
Sans titre.jpg
Sans titre de vi4kin.

19:38 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature russe, pavel sanaïev |