Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 décembre 2016

La Fille derrière le rideau de douche

documentaire, robert graysmithLa Fille derrière le rideau de douche de Robert Graysmith paru en 2014 chez Denoël (existe aussi en poche).
 
Dans ce documentaire, l’auteur du Zodiac raconte le meurtre d’une femme confondue avec Marli Renfro, la femme nue que l’on voit dans la scène de la douche du film Psychose d’Alfred Hitchcock. Janet Leigh n’a tourné que les scènes où l’on voit son visage. Voici la scène en question :

Bon ça, c’est ce que je croyais lire… En fait, ce livre évoque avec détail la vie de Marli Renfro (une pin-up des années 60) entrecoupé de passage consacré à un tueur en série qui n’est pas celui qui a assassiné la femme qu’il croyait être Marli Renfro ! Donc un type qui n’a rien à voir avec la choucroute sauf qu’après vu Psychose au cinéma, il a décidé d’assassiner la vieille dame qui l’accompagnait… Mais ce type avait déjà tué avant (des voix dans sa tête qu’il ne calmait qu’en assassinant d’après ses déclarations) et aurait tué à nouveau même s’il été allé voir un dessin animé… Donc cette lecture… que dire ?
 
À part que je n’ai vraiment pas apprécié ! Comme dans le précédent livre de Graysmith, c’est archi confus, sans plan, et le top du top, sans intrigue ! Certes, ce n’est pas un roman mais quand même, si je lis un truc qui n’a rien à voir avec la quatrième de couverture, c’est qu’il y a un problème quand même !
 
J’en ai terminé avec cet auteur, il n’est pas près de se retrouver à nouveau dans ma pile de livres à lire…
 
Vous voulez en lire un extrait ?
documentaire, robert graysmith

16:23 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : documentaire, robert graysmith |

17 décembre 2016

Zodiac

documentaire,Robert GraysmithZodiac de Robert Graysmith paru en 2007 chez Le Rocher.
 
Californie, fin des années 60, un homme envoie des courriers à la presse se vantant de ses meurtres. Il s’agit du Zodiac qui a assassiné cinq personnes et blessé grièvement deux autres. Lui-même revendique 37 meurtres ! Ses lettres vont terrifier les habitants de la région de San Francisco, le Zodiac menace également de s’en prendre aux cars scolaires. La police va donc escorter les cars pendant longtemps avant que le tueur ne cesse finalement toute communication. Il ne sera jamais appréhendé.
 
Robert Graysmith travaillait alors au journal qui a reçu la majorité des lettres. Il reprend l’enquête depuis le début, interrogeant les survivants, les policiers et essayant de comprendre comment et pourquoi ce tueur n’a jamais été arrêté après des décennies d’enquête. Il s’avère que le Zodiac a profité d’avoir commis ses crimes dans plusieurs juridictions. Il y avait très peu de partage d’information entre les différents enquêteurs. Pourtant un suspect émerge : il a le profil psychologique, tout semble l’accuser mais il mourra sans jamais être inculpé.
 
Dans ce livre, Graysmith émet l’hypothèse que le Zodiac était Arthur Leigh Allen. Un homme qui a été interné quand le Zodiac a cessé toute communication avec la presse. Allen a été accusé de conduite inapproprié envers un mineur. Avant cela, il vivait dans la ville où les meurtres ont commencé. Il semblerait qu’il connaissait une des victimes. Il portait également une montre de la marque suisse Zodiac dont le logo est similaire au motif utilisé par le Zodiac pour signer ses lettres.
documentaire,Robert Graysmith
Publicité de la marque Zodiac
documentaire,Robert Graysmith
Lettre envoyé en 1970 au San Francisco Chronicle qui employait Graysmith comme dessinateur de presse
 
Pour Graysmith comme pour certains enquêteurs, Allen est le Zodiac. Malheureusement, l’analyse graphologique n’a jamais pu déterminer si Allen avait écrit les lettres. Il faut dire qu’Allen était ambidextre et a pu dissimuler son écriture. Mais aujourd’hui, grâce aux avancées scientifiques, la comparaison de l’ADN détenu dans les dossiers et celui, prélevé, d’Allen, exonère ce dernier.
 
Sur le papier, la démonstration de Graysmith est plutôt convaincante même s’il a tendance à confondre corrélation et causalité et a des arguments un peu légers pour appuyer ses dires (exemple : Allen est un très bon chasseur – il chasse d’ailleurs avec un arc et des flèches –, c’est normal, il est sagittaire – un homme avec un corps de cheval qui tire à l’arc tel qu’est symbolisé habituellement ce signe du Zodiaque –  ! Euh… c’est stupide, non, comme raisonnement ? Ou bien, c’est moi qui débloque ?).
 
Le gros point noir pour moi c’est que la lecture de ce livre est laborieuse, ça part dans tous les sens, le plan de l’auteur est complètement anarchique et m’a souvent perdu en cours de route ! Robert Graysmith est probablement un meilleur dessinateur de presse que journaliste !
 
Vous voulez en lire un extrait ?
documentaire,Robert Graysmith
C’est tellement fouillis que c’est à se demander comment David Fincher a réussi à en faire quelque chose lorsqu’il a adapté ce livre au cinéma en 2007 !
 
 
Ici, un portrait du Zodiac sur un site excellent qui est une mine d’informations sur les tueurs en série sans les encenser.

08:11 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : documentaire, robert graysmith |