Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 mai 2010

Le Chant de l'oiseau de nuit

Le Chant de l'oiseau de nuit t1.jpgLe Chant de l'oiseau de nuit t2.jpgLe Procès de la sorcière et Le Visage du Mal de Robert McCammon paru en 2008 chez Bragelonne.

Matthew Corbett est un jeune orphelin de 20 ans qui travaille comme clerc pour un juge colonial, Isaac Woodward. En 1699 alors que les États-unis n’existent pas encore et qu’une partie de ce territoire appartient toujours à la couronne britannique, le juge et son clerc doivent statuer sur le sort une femme accusée de sorcellerie dans une petite ville créée de toute pièce sur la côte de la Caroline par un homme qui espère en faire un grand port dans le futur. En chemin vers Fount Royal, le juge et son clerc sont dépouillés par un aubergiste et sa famille qui manque de les assassiner et c’est en chemise de nuit, pieds nus, sous une pluie battante qu’ils font leur entrée dans la ville où ils sont très attendus.

À Fount Royal, la psychose règne, de nombreux habitants ont préféré fuir plutôt que d’attendre le jugement de la sorcière. Woodward tombe gravement malade mais, sous la pression du propriétaire de la ville, décide que le procès aura lieu le plus rapidement possible afin d’apaiser les esprits, effrayés à l’idée de voir se répéter se répéter les évènements de Salem en 1692.

En entendant le récit des témoins, il ne fait aucun doute pour le juge que Rachel Howarth est bien une sorcière comme tout le monde le prétend. Mais pour Matthew, dont l’esprit curieux est insatiable, de trop nombreuses zones d’ombres subsistent. Il y a tout d’abord cette pièce en or espagnole qu’on lui a volé dans sa chambre, preuve de contacts entre la colonie britannique et la colonie espagnole ennemie de Floride à 200 km de Fount Royal. Puis il y a ces pierres précieuses que certains ont retrouvées dans le ventre de tortues pêchées dans la source de la ville, indice probable d’un ancien trésor de pirates. Et ces maisons qui brûlent de fond en comble alors que l’humidité ambiante aurait dû empêcher leur embrasement. Et pour finir, il y a surtout le récit des témoins qui décrivent tous, avec forces détails, les atrocités que Rachel aurait commises avec le Diable tout en restant vagues sur les circonstances qui les ont amené à assister à ses scènes.

Matthew soupçonne tout le monde ou presque. Il se rend compte qu’à Fount Royal, certains ne sont pas ce qu’ils prétendent être mais comment va-t-il faire pour trouver les preuves d’une conspiration qui aurait pour but de faire disparaître la petite ville et ainsi innocenter Rachel en lui évitant de mourir sur le bûcher que les villageois sont prêts à allumer avant même sa condamnation ?

Une suite de romans historiques palpitants et bien documentés sur la vie, et surtout les superstitions, dans les lointaines colonies d'Amérique. L'auteur, grâce à ces descrptions précises des lieux et de l'atmosphère si particulière de l'époque, plonge le lecteur au plus profond de son histoire à tel point que j'ai eu du mal à les lâcher une fois commencé !
Matteson-Examen d'un sorciere.jpg
Thompkins H. Matteson, L’examen d’une sorcière, 1853.

18:01 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature américaine, roman historique, robert mccammon |