Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 avril 2007

Du blog au livre...

Voici deux livres, recueils de nouvelles pour être précise, que je soutiens haut et fort. J’ai acheté le premier les yeux fermés, connaissant déjà les histoires.

medium_La_chambre_d_albert_camus.jpgIl s’agit de La Chambre d’Albert Camus et autres nouvelles de Ron l’Infirmier paru en 2006 chez Privé. J’ai commencé à lire son blog il y a de ça quelques années maintenant, fin 2004-début 2005 (ça fait si longtemps ? le temps passe trop vite…). J’ai tout de suite accroché. Les histoires sont vivantes, très bien racontées, ça c’est pour la forme. Mais le fond n’est pas absent, c’est drôle, triste, amusant, grave, toujours très juste. Cet homme a pris le pseudo de « Ron », comme Ron Weasley dans Harry Potter et en tant que fan d’Harry Potter, ça ne m’a pas laissé indifférente. Il raconte sa vie, son travail, ses amours, ses passions.

À travers ses histoires, on découvre vraiment ce qu’est le job d’un infirmier au quotidien, que ce soit à l’hôpital, en libéral, dans une grosse boîte… Mais on est aussi émut par ses récits plus personnels sur son enfance et son parcours. On sourit en lisant ses articles sur les groupes de musique qu’il adore (à part mon père, je n’ai jamais vu quelqu’un qui connaisse autant la carrière des Beatles !?!), sa dévotion envers Madonna, son côté kitsch. Et puis comme moi, il aime bien les potins de people et les séries américaines.

Encore autre chose à propos de Ron… On dit qu’on commence à écrire un blog car on a lu un blog en particulier qui a servi de déclencheur, je me rappelle que Ron en avait parlé dans un billet. À ce moment là, je ne savais pas encore qu’il serait mon déclencheur. C’est grâce à lui si j’écris ici. Non pas qu’en le lisant, je me suis dit : « Je peux faire mieux ! », non, pas du tout. Juste « Moi aussi j’ai des choses à dire. J’ai envie de les raconter à plus de gens, de sortir du cadre familial de l’anecdote entre le fromage et le dessert. » Cela dit, je continue à penser que la vie d’une bibliothécaire est moins passionnante que celle d’un infirmier ou d’un policier…


medium_Flic.jpgSuperbe transition pour vous parler du deuxième livre : Flic, chroniques de la police ordinaire de Bénédicte Desforges paru en 2007 chez Michalon. Je n’ai découvert son blog qu’en début d’année, en traînant de blog en blog comme souvent. Et là, même si les histoires n’étaient plus disponibles dans leur intégralité car elle allait être éditée, j’ai toute suite était séduite par son style et par son approche de ce métier.

Je ne dirais pas que j’ai des préjugés sur le métier de flic, les rares fois où j’ai eu affaire à eux personnellement ne m’ont pas traumatisée, je me rappelle même avoir été convoquée pour une histoire toute bête à la préfecture de Police du 13ème arrondissement à Paris et avoir trouvé le jeune homme qui m’interrogeait très très plaisant… Mais je suis comme beaucoup de monde, outrée par les abus ou les bavures.

Le livre de Bénédicte Desforges permet de toucher du doigt la réalité de cette profession, dans ce qu’elle a de plus noble (la compassion pour les victimes, la volonté de participer à un monde meilleur et plus juste) et dans ce qu’elle a de plus sordide (la violence de certains agents, apparemment formé à la va-vite, qui envenimement les situations plutôt que de les apaiser, la hiérarchie obsédée par le « Chiffre » et les directives de ministres de tutelle qui soigne plus leur image que leurs troupes).

Tout de suite après les avoir lu, je les ai donné à la bibliothèque. Et j’ai bien fait. Monique s’est jetée dessus. Elle avait entendu parler du livre de Bénédicte Desforges à la radio car il est soutenu par France Inter mais je ne crois pas qu’elle connaissait Ron l’Infirmier.

Résultat, les deux livres sont sur l’étagère des coups de cœur de la bibliothèque et ma crédibilité dans mes choix littéraire s’en est trouvé accrue ! Elle les conseille à plein de lecteurs maintenant et à mon tour, je vous invite fortement à lire ces deux livres.

Ne les cherchez pas dans votre bibliothèque préférée, vous ne les trouverez pas (j’ai vérifié dans divers catalogue en ligne). Achetez-les, lisez-les et ensuite, vous ne pourrez que les recommander autour de vous.