Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 mai 2008

Lola et ses ex

487766856.jpg Lola et ses ex de Tyne O’Connell paru en 2008 chez Harlequin « Red Dress Ink ».

Lola s’occupe des relations publiques d’un club de Londres, boulot super glamour, faut le reconnaître ! Un soir, elle tombe sur trois de ses ex qui semblent s’entendre comme larrons en foire et ça lui fout un peu les boules, surtout quand elle voit un des ces hommes, Richard, son ex-mari, en compagnie d’une « grande perche blonde ». Elle se demande alors si elle a donné suffisamment de chance à son couple de réussir et essaye de reconquérir Richard tout en oubliant au passage, pourquoi elle avait divorcé la première fois car il est volage, se drogue et boit trop d’alcool.

Ce roman m’a été prêté par une lectrice, ce qui est vraiment très sympa de sa part. Connaissant l’auteur, ayant apprécié ses précédents romans (Sexe, mensonges et quiproquos, Tendance "pot de colle" et Trente ans ou presque) et les recommandant volontiers aux fans de chick lit’, je me croyais en terrain connu et je m’apprêtais à savourer cette lecture.

Mais là… Grosse déception ! Le roman n’est pas drôle, pas divertissant, avec des répétitions et manifestement, des problèmes au niveau du style. Je pense que cela est dû en grande majorité à la traduction qui est vraiment affreuse.

Quelques exemples :

« […] avec les voix douces de Wyclé Jean et de Mary J. Blige en fond sonore. »

Wyclé ?!?!? Ok, on peut écrire une « clé » ou une « clef » mais là, c’est un prénom… On dit WyCLEF Jean !

« Je grimpe dans le lit et je me blottis contre mon luxueux oreiller de coton garnie de duvet d’oie égyptien. »

Si je connais la qualité du coton égyptien – et son prix parfois faramineux –, je n’ai jamais entendu parlé du duvet d’oie égyptien… À lire ces extraits, on croirait une mauvaise traduction automatique !

C’est un roman ultra formaté, évidemment, étant un Harlequin, ça surprend pas des masses, mais j’espérais qu’ils aient fait des efforts avec cette nouvelle collection. Qu’il fasse de la chick lit’, pourquoi pas mais alors, qu’ils le fassent bien !

Bien sûr, pour nuancer cette critique et être parfaitement honnête, je devrais essayer de lire un autre titre de la collection. Histoire de voir si ce roman est un accident de parcours ou si c’est toute la collection qui est naze… mais, j’avoue, je n’ai pas trop le courage de m’infliger ça !

19:00 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : littérature britannique, chick lit, tyne o’connell |